Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Des militantes féministes torturées dans les prisons saoudiennes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France 24 en Libye : les migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

LE DÉBAT

Affaire Carlos Ghosn : dérive solitaire ou lutte de pouvoir ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

RD Congo : coup d'envoi de la campagne à un mois de la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Jawad Bendaoud, le logeur des jihadistes du 13-Novembre, jugé en appel

En savoir plus

FOCUS

Le chlordécone, poison pour les terres et les corps en Martinique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zahia Ziouani, la "maestra" pour qui rien n’est impossible

En savoir plus

L’invité du jour

Stéphane Bourgoin : "Les serial killers cherchent à devenir l’égal de Dieu"

En savoir plus

Moyen-Orient

L’Arabie saoudite et plusieurs pays occidentaux ferment leur ambassade à Sanaa

© Mohamed Huwais, AFP | La milice chiite des Houtis contrôle la capitale yéménite depuis le mois de janvier.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/02/2015

L’Arabie saoudite ainsi que l’Italie et l’Allemagne ont évacué vendredi leurs diplomates présents à Sanaa en raison de la dégradation de la sécurité au Yémen. Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont déjà pris la même décision.

À la suite des États-Unis, de la France, du Royaume-Uni et plus récemment de l’Allemagne et de l’Italie, l’Arabie saoudite a décidé vendredi 13 février d'évacuer son personnel diplomatique en poste à Sanaa et de suspendre les activités de son ambassade en raison de la détérioration de la situation dans la capitale contrôlée par la milice chiite des Houthis.

À lire sur France 24 : "Qui sont les Houthis, ces rebelles qui bouleversent la donne au Yémen ?"

Premier pays arabe à annoncer l’évacuation de son ambassade à Sanaa, l’Arabie saoudite a expliqué sa décision par "la situation politique" et "la détérioration de la sécurité dans la capitale yéménite". L'Allemagne et l'Italie ont fait la même annonce un peu plus tôt vendredi, suivant Washington, Paris et Londres qui avaient pris cette décision dans la semaine.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a dit craindre jeudi de voir le pays s'enfoncer dans la guerre civile. "Le Yémen est en train de s'effondrer sous nos yeux. Nous ne pouvons pas nous contenter de rester là à regarder", a-t-il déclaré.

>> À lire sur France 24 : "Les rebelles houthis nient avoir mené un coup d'État, la crise s'étend au Sud"

Fermeture "injustifiée"

La milice chiite des Houthis, au pouvoir à Sanaa, a dénoncé jeudi ces fermetures d'ambassades alors qu'Al-Qaïda s'est emparé d'un camp militaire et de grosses quantités d'armements américains.

Hussein al-Ezzi, "responsable des Affaires étrangères" au sein de la milice chiite, a accusé les pays ayant décidé de fermer leur ambassade de chercher ainsi à exercer "des pressions" sur le peuple yéménite "dans sa quête de dignité, de souveraineté et d'indépendance".

Ces pays "vont rapidement réaliser qu'ils ont intérêt à traiter positivement avec la volonté du peuple yéménite qu'ils doivent respecter", a-t-il ajouté en référence à la milice des Houthis, qui a mené son coup de force au "nom du peuple".

Ces-derniers ont annoncé vendredi 6 février la dissolution du Parlement et la mise en place de nouvelles instances dirigeantes, après avoir poussé à la démission fin janvier les chefs de l'État et du gouvernement, assignés à résidence.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 13/02/2015

  • YÉMEN

    La France demande à ses ressortissants de quitter le Yémen

    En savoir plus

  • CHARLIE HEBDO

    Al-Qaïda au Yémen affirme avoir commandité l’attaque des frères Kouachi

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Le chaos au Yémen porte un coup à lutte des États-Unis contre Al-Qaïda

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)