Accéder au contenu principal
DANEMARK

Attentat de Copenhague : le dessinateur suédois Lars Vilks pense avoir été visé

Le dessinateur Lars Vilks pense avoir été visé samedi 14 février
Le dessinateur Lars Vilks pense avoir été visé samedi 14 février Bjorn Lindgren, TT News Agency, AFP
3 mn

Le dessinateur suédois controversé Lars Vilks participait au débat dans le café de Copenhague, durant lequel une personne a été tuée et trois autres blessées, samedi. Il pense avoir été spécifiquement visé par cette attaque.

Publicité

Un homme a trouvé la mort, samedi 14 février à Copenhague, dans une fusillade visant un café où se tenait un débat sur l’art, le blasphème et la liberté d’expression. La Première ministre danoise a qualifié cette attaque d’"attentat terroriste".

Parmi les participants à cette table ronde se trouvait le dessinateur suédois controversé Lars Vilks. Il n’a pas été blessé mais a confié par téléphone à l’agence Associated Press (AP) qu’il pensait être spécifiquement visé.

"Quel autre motif pourrait-il y avoir ? Il est possible que cela soit inspiré par [l’attaque contre] ‘Charlie Hebdo’", a-t-il confié en se référant à l'attentat du 7 janvier ayant visé le siège du journal satirique à Paris. Il n’a toutefois pas pu avancer de preuve à cette supposition.

Mahomet avec un corps de chien

L’artiste de 68 ans avait suscité la controverse en 2007 par ses dessins représentant le prophète Mahomet avec le corps d’un chien. Des menaces avaient été proférées à son encontre par des groupes islamistes, Al-Qaïda avait mis sa tête à prix pour 100 000 dollars, selon le "Guardian". L’artiste bénéficiait à ce titre d’une surveillance policière rapprochée.

Le dessinateur a raconté le déroulé des événements de samedi : "Au début, c’était la panique. Les gens se sont mis à ramper sous les tables." "Mes gardes du corps m’ont rapidement extirpé de là", a-t-il expliqué.

Il a affirmé que personne à l’intérieur de la salle n’avait été blessé. "Nous avons été bien isolés là-dedans. Cela aurait été bien pire si cela s’était passé pendant la pause, quand les gens sortent", a ajouté Vilks.

Il a confié qu'il déplorait la mort d’une personne et les trois blessés mais restait imperturbable quant à ce que cela signifiait pour sa propre sécurité. "Je ne suis pas du tout ébranlé par cet incident. Pas du tout", a-t-il déclaré à AP par téléphone, tout en refusant de révéler sa localisation, pour des raisons de sécurité.

Avec AP et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.