Accéder au contenu principal

Un mort dans une fusillade contre une synagogue à Copenhague

Des policiers danois à proximité de la synagogue visée par une attaque, dimanche 15 février, à Copenhague.
Des policiers danois à proximité de la synagogue visée par une attaque, dimanche 15 février, à Copenhague. Liselotte Sabroe, AFP

Une seconde fusillade a pris pour cible une synagogue à Copenhague, faisant un mort et deux blessés, dans la nuit de samedi à dimanche. Quelques heures plus tôt, un café où se tenait un débat sur le blasphème avait été visé par une première attaque.

Publicité

Un homme touché par plusieurs balles dans la tête lors d'une fusillade visant une synagogue du centre de Copenhague, au Danemark, dans la nuit de samedi à dimanche 15 février, a succombé à ses blessures, tandis que deux policiers ont été blessés, ont annoncé les forces de l'ordre danoises.

"La police était déjà sur place. Une personne est arrivée et a commencé à tirer", a déclaré le porte-parole de la police, Allan Teddy Wadsworth-Hansen, précisant que la vie des policiers n'était pas en danger.

Le président du Conseil de sécurité juif des pays nordiques, Michael Gelvan, a déclaré à l'AFP que l'homme tué était juif et qu'une cérémonie de confirmation était en cours dans la synagogue au moment de l'attaque. Le "jeune homme" qui a été tué surveillait les accès au bâtiment, selon Michael Gelvan.

>> À lire sur France 24 : "Fusillade meurtière à Copenhague en marge d'un débat sur le blasphème"

Le tireur présumé de la fusillade visant la synagogue a pris la fuite à pied, a ajouté la police, qui suppose "qu'il s'agit du même coupable derrière" l'attaque d'un centre culturel, qui a fait un mort et trois blessés dans l'après-midi en banlieue nord de la
capitale danoise.

Les forces de l'ordre avaient diffusé dans la soirée, avant l'attaque contre la synagogue, une photo, apparemment prise dans un parking, d'un homme vêtu d'une doudoune foncée et d'un bonnet ou d'une cagoule bordeaux, avec un signalement: 25 à 30 ans, environ 1,85 m, athlétique.

Une vaste chasse à l'homme a ainsi été déclenchée après ces deux attaques qui ont fait deux morts et cinq blessés dans la capitale danoise, l'une samedi après-midi contre un centre culturel où était invité l'artiste suédois Lars Vilks, menacé de mort par les islamistes radicaux pour avoir publié des dessins représentant le prophète Mahomet, et l'autre dans la nuit de samedi à dimanche contre une synagogue.

Des secteurs de la capitale danoise ont été bouclés mais "il ne s'agit pas d'un couvre-feu général. Les gens peuvent se déplacer dans Copenhague, en sécurité", a affirmé le porte-parole.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.