Accéder au contenu principal
CESSEZ-LE-FEU EN UKRAINE

Vidéo : les bombes continuent de tomber sur la région de Debaltseve

Capture d'écran France 24

Alors qu’un cessez-le-feu a été instauré dans l’est de l’Ukraine, les bombardements se poursuivent dans les environs de Debaltseve. De quoi exaspérer la population, très remontée contre le gouvernement de Kiev. Reportage.

Publicité

Depuis son entrée en vigueur dimanche à minuit, le cessez-le-feu a été globalement respecté dans l'est rebelle de l'Ukraine. Mais les bombardements se poursuivent autour de la ville stratégique de Debaltseve, où sont stationnés plusieurs milliers de soldats ukrainiens menacés d'encerclement.

Dans les villes alentour, des civils apeurés crient leur colère envers le gouvernement de Kiev : "C'est l'Ukraine qui a fait ça !", explose une habitante en découvrant l’ampleur des dégâts dans son habitation.

>> À voir sur France 24 : En Ukraine, avec ces bénévoles qui évacuent les civils sous les bombes

"C'est quoi l'Ukraine libre ? Regardez ce qu'ils ont fait au Donbass ! Ces bâtards ont tué des enfants ! Il n'y a pas d'Ukraine libre. J'ai honte de ce pays de fous !", crie une autre passante.

Sur l'ensemble de la ligne de front, les positions ukrainiennes ont été visées à 60 reprises depuis l'entrée en vigueur de la trêve dimanche à minuit (22h00 GMT), a déclaré à l'AFP un porte-parole militaire ukrainien, Anatoli Stermakh, un chiffre cependant bien inférieur aux journées précédant le cessez-le-feu.

La ville de Debaltseve reste "le point le plus chaud" d'après ce porte-parole, qui évoque "des groupes armés (visant) nos troupes avec tous types d'armes, y compris des (lance-roquettes multiples) Grad".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.