Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Afrique

Vidéo : au Niger, l'armée du Tchad redoute un nouvel assaut de Boko Haram

© France 24 | Des soldats tchadiens veillent dans la petite ville de Bosso, à 600 mètres de la frontière avec le Nigeria.

Vidéo par Adel GASTEL , Willy BRACCIANO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/02/2015

Le 6 février, la ville nigérienne de Bosso était attaquée par la secte islamiste Boko Haram, venue du Nigeria voisin. Depuis, elle est quasiment désertée. Seule l'armée tchadienne veille, redoutant une nouvelle attaque des jihadistes.

Bosso est une ville fantôme. À la frontière avec le Nigeria et le Tchad, cette petite ville du sud du Niger comptait encore 50 000 habitants il y a quelques semaines. Aujourd'hui, elle s’est vidée de ses habitants, qui ont fui après l’attaque perpétrée le 6 février par Boko Haram.

Des centaines de personnes ont été tuées ce jour-là à Bosso, dont quatre soldats nigériens et huit soldats tchadiens. "C'était un vrai carnage quand ils [les combattants de Boko Haram, NDLR] sont venus. Ce sont des drogués. Certains sont morts avec leurs explosifs sur eux sans que ça n'explose", explique à France 24 le colonel Azem Bermandoa, porte-parole de l'armée tchadienne.
 
La ville nigérienne de Bosso n'est séparée du Nigeria que par une rivière, la Komadougou Yobé. Des membres de la secte islamiste sont retranchés à Malam Fatori, côté nigérian. L’armée tchadienne, déployée au Niger, s'attend à ce que les hommes de Boko Haram reviennent à tout moment.

Première publication : 18/02/2015

  • NIGER

    Première attaque de Boko Haram sur le sol nigérien

    En savoir plus

  • NIGER

    Boko Haram : le Parlement du Niger approuve l'envoi de troupes au Nigeria

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Coup de filet contre Boko Haram : 160 suspects arrêtés au Niger

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)