Accéder au contenu principal

Attaque meurtrière des Shebab dans un hôtel de Mogadiscio

Un soldat somalien lors d'une patrouille à Mogadiscio, mercredi 18 février 2015, lors d'une opération contre les islamistes Shebab.
Un soldat somalien lors d'une patrouille à Mogadiscio, mercredi 18 février 2015, lors d'une opération contre les islamistes Shebab. Mohamed Abdiwahab, AFP

Un attentat revendiqué par les islamistes Shebab a fait entre dix et vingt-cinq morts, selon des sources discordantes, vendredi à Mogadiscio, et de très nombreux blessés, dont le vice-Premier ministre et le ministre des Transports somaliens.

Publicité

Plusieurs personnes ont été tuées et deux ministres et un député blessés, vendredi 20 février, lors d'un attentat-suicide contre un hôtel du centre de la capitale somalienne, Mogadiscio, revendiqué par les rebelles islamistes shebab, a annoncé la police.

À l'heure du déjeuner, une voiture piégée a enfoncé la porte de l'hôtel Central, dans lequel se trouvaient des ministres et des députés, puis un kamikaze a ensuite actionné sa ceinture d'explosifs à l'intérieur du bâtiment, a indiqué la police.

Selon Reuters, le nombre de victimes s'élève à au moins dix morts. Le capitaine de police Farah Abdoullahi, précise que le bilan devrait s'alourdir encore. Tandis qu'une source à la présidence somalienne, ayant requis l'anonymat, a évoqué "au moins 25 morts" auprès de l'AFP.

Une source sécuritaire occidentale avait auparavant estimé que l'attaque avait fait "une soixantaine de victimes", tuées ou blessées.

>> À voir sur France 24 : "En images : la traque des Shebab en Somalie"

Le vice-Premier ministre de la Somalie, Mohamed Omar Arte, et le ministre des Transports, Ali Ahmed Djamac, figurent parmi les blessés, ainsi qu'au moins un député, a-t-il précisé. Selon une source à la présidence somalienne, le maire-adjoint de Mogadiscio a été tué.

"Nous sommes derrière l'attentat. Nous avons visé des responsables du gouvernement dans l'hôtel. Cela fait partie de notre opération à Mogadiscio", a déclaré à Reuters, le cheikh Abdiassis Abou Moussab, porte-parole des opérations militaires des Shebab.

Avec AFP et Reuters

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.