Accéder au contenu principal

Ebola recule, le Liberia rouvre ses frontières et lève le couvre-feu

Ellen Johnson Sirleaf, la présidente libérienne, a annoncé la réouverture des frontières et la fin du couvre-feu vendredi 20 février.
Ellen Johnson Sirleaf, la présidente libérienne, a annoncé la réouverture des frontières et la fin du couvre-feu vendredi 20 février. John Moore, AFP/Getty images

La présidente libérienne a annoncé la levée du couvre-feu pour dimanche 22 février et la réouverture prochaine des frontières. Un nouveau signe, après la réouverture des écoles, que l’épidémie d’Ebola est sous contrôle au Liberia.

PUBLICITÉ

Six mois après son entrée en vigueur, le Libéria va lever son couvre-feu dimanche 22 février, a annoncé la présidente Ellen Johnson Sirleaf. Les frontière du pays, l'un des plus touchés par le virus Ebola vont également rouvrir, mais la date n’a pas été précisée.

Le couvre-feu était en place depuis août 2014, pour tenter d'endiguer la propagation du virus. D’abord instauré entre 21 heures et 6 heures, celui-ci avait été ramené de minuit à 6 heures pour permettre aux commerces de rester ouverts le soir.

Plus que cinq malades dans le pays

Selon les autorités libériennes, l’épidémie est sous contrôle et les signes de cette confiance se multiplient : réouverture des écoles, stabilisation à cinq malades dans l’ensemble du pays et levée de l’état d’urgence. Toutefois, la vigilance reste toujours de mise et 30 nouveaux cas suspects sont apparus vendredi dans un hôpital de Monrovia.

>> À lire sur France 24 : "Réouverture des écoles au Libéria : 'Rien n'est vraiment prêt'"

Ces signes encourageants vont faire du bien à l'économie du pays. Avec une croissance de l’ordre de 6 % prévue pour 2015 avant la crise, la Banque mondiale estime que ce taux ne dépassera finalement pas 3 %. Et 80 % des agriculteurs libériens indiquent que leur production a été inférieure aux années précédentes, bon nombre de récoltes étant restées inachevées.

Nouvelles mesure juste avant la rencontre entre Sirleaf et Obama

Ces nouvelles mesures interviennent à une semaine de la visite, le 27 février, de la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf à la Maison Blanche.

Barack Obama a annoncé il y a dix jours le retrait progressif du Liberia des 2 800 soldats américains chargés d’aider à la construction de centres de traitement. La présence militiaire laissera la place à une opération civile d’une centaine de personne pour "éteindre" l'épidémie.

Le Liberia est, comme la Guinée et la Sierra Leone, l'un des trois pays les plus touchés par cette épidémie qui a tué plus de 9 000 personnes en Afrique de l'Ouest.

Avec Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.