Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Des militantes féministes torturées dans les prisons saoudiennes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France 24 en Libye : les migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

LE DÉBAT

Affaire Carlos Ghosn : dérive solitaire ou lutte de pouvoir ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

RD Congo : coup d'envoi de la campagne à un mois de la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Jawad Bendaoud, le logeur des jihadistes du 13-Novembre, jugé en appel

En savoir plus

FOCUS

Le chlordécone, poison pour les terres et les corps en Martinique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zahia Ziouani, la "maestra" pour qui rien n’est impossible

En savoir plus

L’invité du jour

Stéphane Bourgoin : "Les serial killers cherchent à devenir l’égal de Dieu"

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 21 h 10, et dès le vendredi, en avant-première sur Internet !

Dernière modification : 10/03/2015

Avec les militaires tchadiens en guerre contre Boko Haram

© Willy Bracciano / France 24

Depuis plusieurs années, Boko Haram sème la terreur au Nigeria. Et la secte islamiste a étendu sa zone d'action au Cameroun, au Niger, mais aussi au Tchad. Nos reporters ont suivi les forces de sécurité tchadiennes dans leur combat contre les islamistes. La menace, bien réelle, est prise très au sérieux par les autorités tchadiennes et bouleverse déjà la vie quotidienne de la population.

Quand le président tchadien accepte, à la demande de son homologue camerounais, d'impliquer son armée dans la guerre contre Boko Haram, Idriss Déby Itno sait qu’il expose son pays à des représailles. Mais peut-il laisser la région sous le feu de la secte islamiste nigériane sans réagir, lui qui dénonce depuis des mois la déstabilisation de la zone causée par les jihadistes ? Le 17 janvier, le Tchad est donc entré en guerre contre Boko Haram.

>> À voir sur France 24 : Le président tchadien promet "d'anéantir Boko Haram"

La mission des soldats tchadiens consiste à épauler les armées déjà engagées : celle du Cameroun, qui subit depuis plusieurs années des attaques à répétition des combattants islamistes au nord de son territoire, et celle du Nigeria, qui subit les raids sanglants de Boko Haram depuis 2009 dans le nord-est.

Mais l’objectif des Tchadiens est aussi de sécuriser leurs propres frontières et de libérer les axes de circulation qui sont des artères commerciales vitales. Car depuis l’avancée des jihadistes dans l’extrême-nord du Cameroun, l’axe N’Djamena, Kousseri, Maroua, Douala qui donne sur la mer, n’est plus fréquenté. L'autre axe commercial majeur pour le Tchad, via le Nigeria, est également en proie aux violences. Les chauffeurs routiers sont donc contraints d'adopter un axe de contournement longeant la frontière ouest du Tchad. Un long parcours qui leur revient plus cher et qui a des conséquences sur le coût de la vie à N’Djamena. Les prix de certains produits ont flambé. Le panier de la ménagère est moins garni qu’avant, mais les Tchadiens espèrent vite retrouver leurs habitudes de consommation.

Gendarme régional

Depuis la première attaque sur leur sol, à Ngouboua, dans la région du lac Tchad, dans la nuit du 12 au 13 février, les autorités redoutent une nouvelle offensive de Boko Haram.

Sur leur sol, les forces de sécurité tchadiennes verrouillent la capitale et procèdent à des contrôles quotidiens. Depuis, la police, la gendarmerie et la garde nationale contrôlent régulièrement les quartiers à forte concentration d’étrangers pour identifier ceux qui se trouvent dans le pays. Désormais tous les résidents doivent avoir leurs papiers en règle. En attestent les longues files d'attente qui ne désemplissent pas devant les locaux de la direction de la police technique et scientifique et de l’identité civile. Tout le monde veut sa carte d’identité.

Engagés au Cameroun et au Nigeria, les militaires tchadiens sont également stationnés à Bosso, au Niger, où ils prêtent main forte à l’armée nationale. C’est par cette région sud du Niger, aux confins du lac Tchad, que Boko Haram a attaqué le pays pour la première fois début février. "Ce fut un carnage", raconte à France 24 le colonel Azem Bermendoa, porte-parole de l’armée tchadienne. Depuis, Boko Haram se cache en face, dans la ville nigeriane de Malam Fatoria, à 600 mètres de là. Les combattants islamistes sont scrutés par les Tchadiens et les Nigériens, lourdement armés.

En attendant la mise en place de la force multinationale régionale, le Tchad, déterminé, est devenu le grand gendarme régional. Pas question de laisser Boko Haram regagner du terrain ici au Niger, et dans la région. Et surtout pas sur son propre territoire.

>> Lisez le carnet de route au Tchad de notre grand reporter, Willy Bracciano en cliquant ici.

Par Adel GASTEL , Willy BRACCIANO

COMMENTAIRE(S)

Les archives

16/11/2018 Reporters

"Une certaine idée de la France", la Ve République vue d’ailleurs

La Ve République célèbre cette année ses 60 ans. À cette occasion, nous vous proposons un documentaire exceptionnel sur l’histoire récente de la France, riche de nombreuses...

En savoir plus

09/11/2018 Reporters

Reporters : Le front d'Orient, prélude à la victoire de 1918

Il y a 100 ans, les soldats alliés combattaient sur le front d'Orient, près de Salonique. Des combats décisifs, dans des conditions terribles, qui ont précipité de plusieurs mois...

En savoir plus

02/11/2018 Reporters

Reporters : le Kentucky, ou l'Amérique de Trump

Les Américains votent le 6 novembre pour renouveler une partie de leur Parlement. Cette année, les élections de mi-mandat ont pris des allures de référendum pour ou contre le...

En savoir plus

26/10/2018 Reporters

Au Chili, la longue lutte des Mapuche pour leurs terres

Dans le sud du Chili, le conflit historique qui oppose les indigènes Mapuche aux forces de l'ordre se radicalise : incendies, menaces et confrontations armées se sont multipliés...

En savoir plus

19/10/2018 Reporters

Le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

La sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne va entraîner des conséquences pour les pêcheurs, français notamment, qui avaient jusque là toute liberté pour jeter leurs filets...

En savoir plus