Accéder au contenu principal
FRANCE

Jihad : prison ferme pour avoir aidé une adolescente à se rendre en Syrie

La justice française a condamné un homme de 41 ans à trois ans de prison.
La justice française a condamné un homme de 41 ans à trois ans de prison. Archives AFP
4 mn

Un homme de 41 ans a été condamné mardi à trois ans de prison, dont deux ferme, pour avoir aidé une adolescente fugueuse de 14 ans qui souhaitait partir pour la Syrie rejoindre l'EI. La jeune fille aurait depuis finalement réussi à s'y rendre.

Publicité

Le premier procès en France pour des faits relatifs au phénomène des jeunes filles qui cherchent à rejoindre la Syrie s’est terminé par une peine de prison pour le recruteur. Un homme de 41 ans, qui avait aidé une adolescente de 14 ans en fugue qui projetait de rejoindre la Syrie – ce qu'elle a vraisemblablement réussi à faire plus tard –, a été condamné, mardi 10 mars, à trois ans de prison, dont deux ferme.

>> À lire sur France 24 : "Enquête : pourquoi il ne faut pas sous-estimer le rôle des femmes jihadistes"

"On a évité l'inflation qu'on craignait dans le climat de psychose générale", a réagi l'avocat du prévenu, Me Archibal Celeyron. Son client a écopé d’une peine conforme aux réquisitions du parquet, mais l’avocat estime que le tribunal aurait pu prononcer une peine moins lourde. Néanmoins, "ce procès montre qu'on va dans la bonne direction", a-t-il ajouté.

Une rencontre sur Facebook

L'adolescente avait été retrouvée le 25 février 2014 à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry, alors qu'elle était en partance pour Istanbul, en Turquie. Ses parents avaient signalé sa disparition la veille. Elle avait affirmé qu'elle devait rejoindre un certain "Tony Toxico", qui se trouve être un membre de l'organisation État islamique (EI) en Syrie, pour se marier avec lui. La jeune fille, radicalisée, qui allait à la mosquée et portait le voile depuis un an, en opposition avec sa famille, l'avait rencontré sur Facebook.

>> À lire sur France 24 : "Passeports confisqués pour six Français prêts à partir en Syrie"

Le prévenu avait de son côté été joint, également sur le réseau social, par "Tony Toxico", qui lui avait demandé de prendre la jeune fille. C'est ainsi qu'il lui avait payé la moitié du prix d'une chambre d'hôtel à Villeurbanne (Rhône) la veille du jour où le départ était prévu, ainsi que le ticket pour la navette vers l'aéroport.

Ni Charlie, ni Coulibaly

Dans le box, le prévenu, barbe et cheveux courts, grutier en intérim, avait expliqué à l'audience qu'il avait rendu ce "service" à cet interlocuteur qu'il ne connaissait pas, car il s'agissait d'un "frère en religion". Il a invoqué la "naïveté", la "bêtise", regrettant de ne pas avoir dissuadé la jeune fille. Particulièrement déterminée, elle s'est mariée plus tard avec un jihadiste belge et se trouve vraisemblablement en Syrie.

Peu convaincu par les explications du prévenu sur les raisons qui auraient conduit "Tony Toxico" à se tourner vers le prévenu, le tribunal a souligné la coloration jihadiste du contenu de son compte Facebook. Face au tribunal, il avait décrit Oussama Ben Laden comme un "résistant". Interrogé sur les attentats de Paris début janvier, il avait répondu : "Je suis contre le meurtre de personnes civiles et innocentes." "Je ne suis pas Charlie, mais je ne suis pas Coulibaly non plus."

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.