Accéder au contenu principal

Le président Essebsi : "Il y a beaucoup de cellules dormantes en Tunisie"

Le président Essebsi (à droite) en réunion avec son Premier ministre après l'attaque contre le musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.
Le président Essebsi (à droite) en réunion avec son Premier ministre après l'attaque contre le musée du Bardo, le 18 mars à Tunis. Capture France 24

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a accordé une interview exclusive mercredi à France 24, après l'attaque meurtrière contre le musée du Bardo. Il annonce de nouvelles mesures pour lutter contre les "cellules dormantes" en Tunisie.

PUBLICITÉ

Le président Béji Caïd Essebsi a imputé la responsabilité de l'attaque du musée du Bardo, mercredi 18 mars à Tunis, à des islamistes armés. "Deux ont déjà été identifiés. Nous savons que ce sont les extrémistes toujours, ce qu'on appelle Ansar al-Charia, ce qu'on appelle les salafistes jihadistes", a-t-il déclaré sur France 24.

"C'est un acte sans précédent dans l'histoire de la Tunisie, c'est une catastrophe pour nous, nous avons eu beaucoup de victimes parmi les amis étrangers qui visitaient la Tunisie comme touristes", a ajouté le chef de l'État.

>> À lire sur France 24 : Attaque du musée du Bardo : la Tunisie face à ses démons jihadistes

Béji Caïd Essebsi a annoncé le renforcement de mesures sécuritaires. Et face à cette "provocation inacceptable", il appelle les Tunisiens à se mobiliser. "Il faut que chaque Tunisien se sente lui-même menacé par ces exactions là et je pense que les Tunisiens vont répondre comme un seul homme à cet appel", a ajouté le président.

Pour lui, cette attaque "n'a pas de connexion avec ce qu'il se passe en Libye". Il a rappelé que les autorités étaient déjà engagées dans un combat contre "les nombreuses cellules dormantes" qui existent dans le pays. Prônant le dialogue, il a estimé que les propositions d'intervention militaire dans la Libye voisine "ne feraient qu'aggraver la situation".

>> Suivez en direct les événements en Tunisie sur le site de France 24.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.