Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Des militantes féministes torturées dans les prisons saoudiennes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France 24 en Libye : les migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

LE DÉBAT

Affaire Carlos Ghosn : dérive solitaire ou lutte de pouvoir ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

RD Congo : coup d'envoi de la campagne à un mois de la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Jawad Bendaoud, le logeur des jihadistes du 13-Novembre, jugé en appel

En savoir plus

FOCUS

Le chlordécone, poison pour les terres et les corps en Martinique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zahia Ziouani, la "maestra" pour qui rien n’est impossible

En savoir plus

L’invité du jour

Stéphane Bourgoin : "Les serial killers cherchent à devenir l’égal de Dieu"

En savoir plus

Moyen-Orient

Israël : la "grande victoire" du Likoud de Benjamin Netanyahou

© AFP | Le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahou salue ses partisans, mardi 17 mars 2015 au soir.

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/03/2015

Victoire surprise pour le Premier ministre sortant israélien Benjamin Netanyahou, dont le parti devance l'Union sioniste d'Isaac Herzog. Il devra toutefois s'allier à d'autres partis pour former un gouvernement de coalition.

"C'est une grande victoire pour notre nation. Je suis fier du peuple d'Israël, qui dans ce moment de vérité, a su ce qui était important", s'est félicité Benjamin Netanyahou, mercredi 18 mars. C'est par ces mots que le Premier ministre sortant a salué la victoire de son parti, le Likoud, qui arrive en tête avec près de 30 sièges contre 24 pour la liste de centre gauche d'Isaac Herzog. La liste des Arabes israéliens obtient 14 sièges, talonnée par Yesh Atid avec 11 sièges et par le parti de centre droit Koulanou, 10 sièges.

Dans la soirée de mardi, deux sondages donnaient pourtant le Likoud et l'Union sioniste au coude-à-coude avec 27 sièges chacun, dans un Parlement qui en compte 120. C'est donc une victoire surprise, mais sans appel pour le Premier ministre sortant. Il semble ainsi assuré de briguer un troisième mandat consécutif, son quatrième en comptant celui de 1996-1999, mais doit pour obtenir une majorité de 61 sièges, former un gouvernement de coalition.

"Netanyahou a réussi son coup"

Le Premier ministre sortant a affirmé avoir déjà entamé des discussions avec les dirigeants des autres partis de droite, qu'il a invités à rejoindre "sans délai" une nouvelle coalition. Naftali Bennett, chef du Foyer juif, un parti ultranationaliste, a annoncé d'ores et déjà avoir accepté d'entamer des discussions "accélérées" en vue de former une coalition.

"Chers amis, contre toute probabilité nous avons obtenu une large victoire du Likoud, c'est aussi la victoire du camp national rassemblé derrière le Likoud et de notre peuple. Je suis fier des Israéliens qui ont su reconnaître ce qui était important [...] et se mobiliser pour la sécurité, l'économie et l'aide sociale, ce pour quoi nous nous engageons", a déclaré le leader du Likoud, cité par "Haaretz" (lien en anglais), peu après l'annonce des résultats. "Nous devons à présent former un gouvernement fort, stable et qui s'occupe de la sécurité et du bien-être des Israéliens", a-t-il ajouté.

>> Revivez la soirée électorale avec le live-blog de France 24

"Netanyahou a réussi son coup. Il est parvenu à remonter la pente. Il peut soit former un gouvernement de droite avec les partis religieux et Avigdor Lieberman, soit un gouvernement d'union nationale", a estimé à l'AFP Claude Klein, spécialiste de droit constitutionnel à l'Université hébraïque de Jérusalem.

Isaac Herzog et Tzipi Livni ont quant à eux admis leur défaite dans un communiqué : "Ce n’est pas un matin facile pour nous et pour tous ceux qui croient en nous. Nous nous battrons, ensemble avec nos partenaires, au sein de la Knesset, pour les valeurs que nous défendons. Nous nous battrons au nom des citoyens d’Israël pour la justice sociale, pour des horizons diplomatiques plus sûrs, pour l’égalité, la démocratie et l’espoir que nous pouvons conserver un État juif, juste et démocratique. Nous remercions du fond du cœur tous ceux qui nous font confiance." Mercredi matin, le candidat malheureux de l'Union sioniste a appelé Benjamin Netanyahou pour lui souhaiter bonne chance.

La presse isarélienne divisée

Le correspondant de France 24 à Jérusalem, Gallagher Fenwick, rapporte que la presse israélienne est divisée, mercredi matin. Les médias pro-Netanyahou évoquent une franche victoire du Likoud, à l'image du journal gratuit "Israel Hayom", propriété d'un milliardaire américain très proche du Premier ministre sortant (lien en anglais) sortant, qui va jusqu'à éviter toute photographie d'Isaac Herzog ou Tzipi Livni pour souligner la victoire totale de Netanyahou, explique Gallagher Fenwick. De son côté, "Haaretz", titre plus à gauche, publie un "éditorial au vitriol à l'encontre du Premier ministre iraélien". Le journal l'accuse notamment de "s'être servi de la peur [...] et de comparer les citoyens arabes israéliens à la menace iranienne", ajoute le journaliste de France 24.

Le scrutin, auquel ont participé 71,8 % des électeurs (contre 67,8 % en 2013), avait des allures de référendum pour ou contre la politique de Benjamin Netanyahou, qui avait lui-même provoqué ce scrutin plus de deux ans avant l'échéance en rompant fin 2014 une coalition gouvernementale trop indisciplinée à son goût.

Avec AFP

Première publication : 18/03/2015

  • ISRAËL

    Le travailliste Herzog peut-il pousser Netanyahou vers la sortie ?

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Les Arabes israéliens, une force politique avec laquelle il faut désormais compter

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES ISRAÉLIENNES

    Moshé Kahlon, chef du parti Koulanou, courtisé par Netanyahou et Herzog

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)