Accéder au contenu principal

La justice allemande interdit les principaux services d'Uber

C'est la deuxième fois que le service concurrent aux taxis traditionnels Uber est interdit au niveau national en Allemagne.
C'est la deuxième fois que le service concurrent aux taxis traditionnels Uber est interdit au niveau national en Allemagne. Britta Pedersen, AFP

Le tribunal régional de Francfort a jugé, mercredi, qu'Uber n'était pas autorisé à proposer son service concurrent aux taxis sur le territoire allemand. C'est la deuxième fois que la start-up américaine est ainsi condamnée en Allemagne.

Publicité

Bis Uberita. La justice allemande a ordonné, mercredi 18 mars, l'interdiction au niveau national des principaux services d'Uber, la société qui concurrence les taxis traditionnels un peu partout dans le monde. C'est la deuxième fois en moins d'un an qu'une telle sanction est prononcée en Allemagne.

Le Tribunal régional de Francfort a tranché en faveur du syndicat Taxi Deutschland qui estimait qu'Uber leur faisait une concurrence déloyale. En Allemagne, les taxis traditionnels sont soumis à une réglementation très contraignante, comprenant de nombreuses obligations comme des fréquents contrôle de santé ou une assurance bien plus onéreuse que pour le commun des conducteurs. Autant de règles qui ne s'appliquent pas à Uber. Conséquence : la société américaine ne peut plus exploiter en Allemagne ses services UberX, UberPool et UberPop.

UberPop déjà interdit

Le jugement a assorti son interdiction d'une amende de 25 000 euros pour chaque course effectuée par un chauffeur d'Uber en contravention de cette décision. La société américaine a décidé de faire appel du verdict.

Elle espère que le scénario de septembre 2014 dernier se répète. La justice allemande avait alors annulé en appel une interdiction dans toute l'Allemagne frappant le service UberPop (mise en relation par Uber de clients avec d'autres particuliers qui utilisent ponctuellement leur véhicule pour se faire de l'argent) et qui avait été prononcée à peine un mois plus tôt.

Mais le jugement avait ensuite été annulé pour des raisons de procédures. La juridiction d'appel avait, malgré sa décision en faveur d'Uber, estimé que son modèle économique "était illégal".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.