Accéder au contenu principal

Le vrai-faux doigt d’honneur de Yanis Varoufakis met l’Allemagne en émoi

Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, est accusé d'avoir fait un doigt d'honneur à l'Allemagne en 2013. À tort ?
Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, est accusé d'avoir fait un doigt d'honneur à l'Allemagne en 2013. À tort ? Capture d'écran Twitter

C’est la polémique du moment en Allemagne : le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a-t-il fait un doigt d’honneur à l’Allemagne en 2013 ? Une vidéo semble le suggérer, mais il pourrait s’agir d’un montage.

Publicité

Les Allemands sont à un doigt de sortir de leurs gonds à l’égard de la Grèce. Ils ne savent juste pas encore si ce doigt existe réellement, si c’est un faux ou… le faux d’un faux. Une chose est sûre : depuis dimanche 15 mars, ils n’ont d’yeux que pour le majeur du ministre grec des Finances Yanis Varoufakis.

A-t-il, oui ou non, adressé un doigt d’honneur à l’Allemagne lors d’un discours sur l’état économique de la zone euro et les problèmes de la Grèce, prononcé en 2013 ? Pour tenter, dimanche, de trancher cette question, un journaliste de la première chaîne allemande ARD a ressorti une vidéo de ce discours, mise en ligne en février 2015, et l’a montrée au principal intéressé en lui demandant s’il avait réellement exécuté ce geste provocateur. Yanis Varoufakis nie, s’énerve presque, et évoque un odieux trucage.

"Bild" traite le ministre grec de "menteur"

Le démenti ne suffit pas. Dans le climat actuel de tension entre Berlin et Athènes depuis la victoire de la gauche radicale en Grèce, la moindre étincelle peut suffire à brûler ce qui reste des ponts entre les deux États.

"Bild", le très populaire tabloïd clairement hostile à la Grèce, entre alors en scène et traite le ministre grec de "menteur". Le journal provocateur assure que cette vidéo, en ligne depuis le 25 février, n’est pas truquée. Les responsables du "Subversive Festival", lors duquel Yanis Varoufakis a tenu le discours controversé, affirment qu’elle est véridique.

Tout semble donc indiquer que le ministre grec a, non seulement, fait un doigt d’honneur sur scène en évoquant l’Allemagne, mais a aussi menti à l’antenne. Clap de fin ? Loin de là. À partir de mercredi soir, la situation se complique et le pays entier commence à en perdre son grec.

Un humoriste au secours de Varoufakis

Le présentateur et humoriste allemand, Jan Böhmermann, publie sur YouTube une vidéo pour démontrer que Yanis Varoufakis n’a pas levé le moindre petit doigt et encore moins le majeur contre l’Allemagne. C'est en fait lui qui aurait, avec son équipe de l’émission de "Neo Magazin Royal", retouché la vidéo pour y insérer le geste. Jan Böhmermann montre même en détail comment il a procédé et ajoute que les équipes du "Subversive Festival" sont complices de la blague. Il met, au passage, "Bild" et les journalistes d’ARD en garde contre la tentation d’"énerver encore un peu et à bon compte mamie et papi contre la Grèce".

Soulagement du côté de Yanis Varoufakis qui s’empresse de poster la vidéo sur son compte Twitter en saluant au passage le sens de l’humour de Jan Böhmermann. Il demande aussi à ARD et "Bild" de présenter des excuses.

"Varoufake" ou "Varoufakefake" ?

Malheureusement tout n’est pas aussi simple. Le "Varoufake" (contraction de Varoufakis et du mot "fake" pour désigner la fausse vidéo du doigt d’honneur) devient, jeudi 19 mars, un "Varoufakefake" qui fait la joie des internautes sur les réseaux sociaux... La chaîne ZDF, sur laquelle officie Jan Böhmermann, rappelle que l’émission "Neo Magazin Royal" est satirique et que les affirmations de l’humoriste ne doivent pas être prises au premier degré. En clair, Jan Böhmermann aurait fait une fausse vidéo qui affirme que Yanis Varoufakis n’a jamais fait de doigt d’honneur.

L’humoriste reste sur sa position et publie même une version avec des sous-titres en anglais pour prouver au monde entier qu’il a dupé un pays entier. "Bild" maintient que le doigt d’honneur a bien été brandi et la chaîne ARD, à l’origine de la polémique, préfère ne rien dire du tout. Pour le quotidien de centre-gauche "Süddeutsche Zeitung", l’important n’est plus de savoir qui a raison. La grande leçon serait que les Allemands "sont dans un tel état de susceptibilité qu’un doigt d’honneur, sorti de son contexte, vieux de deux ans et dont on ne sait même pas s’il a vraiment existé, suffit pour les mettre en colère".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.