Accéder au contenu principal

Hollande : "Tout sera mis en œuvre pour retrouver les victimes"

François Hollande, Angela Merkel et Mariano Rajoy rendent hommage aux victimes du crash Germanwings à Seyne-les-Alpes, le 25 mars 2015.
François Hollande, Angela Merkel et Mariano Rajoy rendent hommage aux victimes du crash Germanwings à Seyne-les-Alpes, le 25 mars 2015. Christophe Ena, Pool, AFP

François Hollande, Angela Merkel et Mariano Rajoy se sont recueillis, mercredi, sur le lieu du crash de Germanwings, dans les Alpes, où les recherches se poursuivent pour retrouver les restes des 150 disparus et la seconde boîte noire.

PUBLICITÉ

Au lendemain du crash de l'A320 de la compagnie Germanwings, qui transportait 150 personnes, François Hollande, Angela Merkel et Mariano Rajoy se sont rendus dans l'après-midi de mercredi 25 mars dans les Alpes, sur les lieux du drame. Lors d'une conférence de presse commune, François Hollande a assuré que "tout sera mis en œuvre pour identifier" les victimes.

Le point sur l’enquête

  • Les recherches se poursuivent sur les causes de cette catastrophe aérienne. Une boîte noire, retrouvée mardi soir, est en cours d'analyse à Paris. L'autre est toujours recherchée.

  • Problème technique ou acte intentionnel ?Le directeur du BEA, Rémi Jouty, qui a donné une conférence de presse mercredi en fin d'après-midi, n’a exclu aucune hypothèse et s’est refusé à formuler un "début de scénario". Il n’a pas non plus livré de précisions sur la teneur du fichier audio extrait par les techniciens.

  • Seule quasi-certitude : l'appareil n'a pas explosé en vol. La trajectoire radar indique que l'A320 "a volé jusqu'au bout" et l'éparpillement des débris, de très petite taille, n'est "pas du tout caractéristique d'un avion qui a explosé en vol".

Dispositif de recherche

  • Des corps de victimes du crash de l'avion de Germanwings ont commencé à être évacués mercredi en fin d’après-midi par hélicoptère, selon la gendarmerie.
  • Près de 600 gendarmes, militaires et pompiers ont été mobilisés. Les enquêteurs ont arrêté leurs recherches mercredi soir à 18 h 30. Cinq gendarmes du Peloton de gendarmerie de haute-montagne (PGHM) ont pris le relais pour sécuriser la zone du crash. Les investigations reprendront jeudi matin, à l’aube.
  • L'avion, qui effectuait la liaison entre Barcelone et Dusseldorf, s'est désagrégé contre les montagnes près de Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), dans une zone difficile d'accès.

Les victimes et leur famille

  • Les premières familles sont arrivées mercredi matin à Digne-les-Bains. D'autres familles sont attendues dans les heures à venir. Plus de 900 lits ont été mis à leur disposition pour une durée indéterminée. Selon les experts, l’identification des corps pourrait prendre plusieurs semaines.
  • Il n’y a, selon le président François Hollande, aucun survivant parmi les 144 passagers et six membres de l’équipage. Selon les autorités françaises, les victimes étaient originaires d’une quinzaine de pays. Parmi elles, au moins 72 Allemands - dont 16 lycéens - et 51 Espagnols. 

Retrouvez dans le liveblogging, ci-dessous, les événements de la journée minute par minute :

Live Blog Crash du vol Germanwings

Pour suivre notre live sur votre mobile ou sur votre tablette, cliquez ici.

Si la page ne s'affiche pas, appuyez sur la touche F5 pour la rafraîchir.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.