Accéder au contenu principal
AGROALIMENTAIRE

Kraft foods et Heinz fusionnent pour créer un géant de l'alimentaire

Le fonds d'investissement brésilien 3G Capital et le financier Warren Buffet mettent la main sur Kraft Foods à travers Heinz.
Le fonds d'investissement brésilien 3G Capital et le financier Warren Buffet mettent la main sur Kraft Foods à travers Heinz. Julien Warnand, AFP
2 mn

Un accord de fusion entre le géant Kraft foods et le groupe Heinz a été trouvé, mercredi. Le fonds d'investissement brésilien 3G Capital et le financier Warren Buffet, déjà propriétaire de Heinz, créent ainsi le numéro cinq mondial du secteur.

Publicité

Ce sont une centaine de marques américaines - comme le fromage Philadelphia ou les bretzels Pretzel - qui vont dorénavant avoir un arrière-goût de ketchup. Deux géants américains de l'agroalimentaire, Kraft Food et Heinz, ont officialité leur projet de fusion, mercredi 25 mars.

Ce mariage donnera naissance au numéro cinq mondial de l'agroalimentaire. C'est Heinz qui ressort gagnant de l'accord, puisque le groupe va détenir 51 % du nouvel ensemble. Bernardo Hees, le directeur général de Heinz, doit, en outre, en prendre la tête .

Mais derrière la marque au célèbre ketchup, ce sont deux fonds d'investissements et financiers réputés qui font une bonne affaire. Heinz appartient, en effet, au brésilien 3G Capital (propriété de Jorge Paulo Lemann, l'homme le plus riche du Brésil) et au fonds Berkshire Hathaway du célèbre financier Warren Buffet.

25,2 milliards d'euros

Ils seront les vrais maîtres à bord de ce groupe, qui affichera un chiffre d'affaires combiné de 25 milliards de dollars (25,2 milliards d'euros). Kraft Heinz regroupera entre autres huit marques réalisant plus d'un milliard de dollars de chiffre d'affaires annuel, et cinq dont les ventes se situent entre 500 millions et un milliard d'unités.

Pour ces deux fonds, Kraft foods était devenu une proie de choix. Confronté à une demande atone pour ses produits aux États-Unis, Kraft a accusé une perte au quatrième trimestre 2014. Le groupe n'avait pas choisi, à l'inverse de certains de ces concurrents, d'investir dans des filières à forte croissance comme l'alimentaiton biologique. Il avait ainsi perdu une certaine clientèle qui se tourne de plus en plus vers les produits frais et bios.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.