Accéder au contenu principal
NIGERIA

L'opposant Muhammadu Buhari remporte la présidentielle nigériane

Muhammadu Buhari a remporté la présidentielle au Nigeria avec 53,9 % des voix.
Muhammadu Buhari a remporté la présidentielle au Nigeria avec 53,9 % des voix. Pius Utomi Ekpei, AFP

Le chef de l'opposition nigériane, Muhammadu Buhari, a remporté la présidentielle avec 53,9 % des voix. Le président sortant Goodluck Jonathan a reconnu sa défaite et a lancé un appel au calme à ses partisans.

Publicité

L'ancien putschiste Muhammadu Buhari a remporté la présidentielle au Nigeria face à Goodluck Jonathan, selon les résultats officiels proclamés mercredi 1er avril, à l'issue de l'élection la plus serrée de l'histoire de ce pays le plus peuplé d'Afrique.

"Nous avons montré au monde entier que nous sommes bel et bien engagés sur la voie de la démocratie. Le monopartisme est derrière nous !", a-t-il clamé. Cette victoire de l'opposition constitue en effet la première alternance démocratique au Nigeria, marquant un tournant majeur dans l'histoire politique agitée de ce pays qui a connu six coups d'État militaires depuis son indépendance, en 1960, et qui a été gouverné par le même parti depuis la fin des dictatures militaires, il y a 16 ans.

it
fr/ptw/2015/04/01/WB_FR_NW_V2_SOT_BUHARI_07H30_NW276012-A-01-20150401.mp4

Muhammadu Buhari remporte 21 des 36 États que compte la fédération nigériane, notamment l'État de Borno, épicentre de l'insurrection islamiste de Boko Haram. La Commission nationale électorale indépendante a précisé mercredi matin que Muhammadu Buhari, 72 ans, du Congrès progressiste (APC), avait remporté l'élection avec 2,57 millions de voix d'avance sur son rival. Il en a recueilli 15 424 921 au total soit 53,95 % des suffrages exprimés. Goodluck Jonathan, 57 ans, du Parti démocratique populaire (PDP), a obtenu 44,96 % des voix.

Dès mardi soir, le président sortant a félicité son adversaire Muhammadu Buhari, dans un communiqué, et lancé un appel au calme à ses partisans. Goodluck Jonathan a invité ses partisans à suivre les "procédures légales" s'ils ont des plaintes à faire valoir, ajoutant que "l'ambition de quiconque ne justifie pas qu'on verse le sang d'un Nigérian. [...] L'unité, la stabilité et le progrès de notre cher pays importent plus que tout", a-t-il souligné.

Dans un pays où les dissensions politiques attisent souvent des tensions ethniques et religieuses, entraînant de sanglantes émeutes post-électorales, le vote, qui s'est déroulé dans le calme, n'a pas donné lieu à des violences majeures.

it
fr/ptw/2015/04/01/WB_FR_NW_SOT_GOODLUCK_JONATHAN_7H_NW276066-A-01-20150401.mp4

En retour, Muhammadu Buhari a félicité Goodluck Jonathan d'avoir accepté sa défaite. "Le président Jonathan a été un opposant de valeur et je lui tends la main de la camaraderie", a clamé Buhari à la presse et à ses partisans, qui l'ont applaudi de manière appuyée.

Sans tarder, l'Union européenne a "chaleureusement félicité" mardi soir la victoire de Muhammadu Buhari. Le chef de l'État français a "salué la détermination du peuple nigérian" ainsi que "le sens des responsabilités" du président sortant.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.