CHILI - BOLIVIE

Un ministre bolivien limogé pour avoir avoir porté un veston polémique au Chili

Le ministre Jorge Ledezma avec un veston portant l'inscription "El mar es de Bolivia" ("La mer appartient à la Bolivie")
Le ministre Jorge Ledezma avec un veston portant l'inscription "El mar es de Bolivia" ("La mer appartient à la Bolivie") Radio ADN

Le ministre de la Défense bolivien a été destitué, mardi, pour avoir porté un veston faisant allusion au conflit maritime entre La Paz et Santiago, alors qu'il distribuait de l'aide à la population touchée par les inondations dans le nord du Chili.

Publicité

"Je regrette beaucoup de devoir prendre cette décision, mais nous ne pouvons pas commettre ce genre d'erreur", a déclaré, mardi 31 mars, le président bolivien Evo Morales, peu après avoir limogé son ministre de la Défense, Jorge Ledezma. Ce dernier avait suscité une polémique au Chili en arborant une inscription brodée sur son veston clamant "la mer appartient à la Bolivie", alors qu'il livrait un don de 13 tonnes d'eau en bouteilles pour aider les sinistrés.

Le Chili s'était offusqué du slogan brodé sur le veston du ministre bolivien venu livrer l'aide personnellement dans la ville de Copiapo, à 800 km au nord de Santiago, l'une des régions les plus touchées par les inondations qui ont frappé cette région aride du Chili et fait jusqu'à présent 18 morts et 49 disparus.

L'accès à la mer est un sujet sensible pour le Chili et la Bolivie, qui n'ont pas de relations diplomatiques depuis 1978. La Paz a d'ailleurs déposé il y a deux ans une plainte devant la Cour internationale de La Haye pour tenter de récupérer son accès à la mer, perdu lors de la guerre du Pacifique (1879-1883). La Bolivie avait perdu un territoire de 120 000 km2 et 400 km de côte à l'issue de ce conflit.

Le président Morales a "présenté des excuses" au gouvernement du Chili, affirmant que "nous ne gérons pas l'aide à des fins électorales".

"Permettez-moi de dire clairement que la tragédie et la douleur de la catastrophe dans le Nord ne doivent pas être utilisées à des fins politiques dans la campagne médiatique de la Bolivie", avait réagi le ministre chilien des Affaires étrangères Heraldo Muñoz. Le Sénat chilien avait immédiatement approuvé à l'unanimité un texte rejetant l'utilisation à des buts de propagande de l'aide de la Bolivie qui "profite de la catastrophe".

Quelques heures plus tard, averti du mécontentement des autorités chiliennes, Ledezma avait présenté ses excuses. "Nous ne sommes pas venus faire de la propagande, ni pour provoquer qui que ce soit, nous avons simplement apporté de l'eau", a déclaré le ministre bolivien sur CNN Chili. Ledezma avait précisé qu'il avait mis son veston parce qu'il faisait froid. "C'était la seule que j'avais sous la main", s'est-il excusé.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine