YÉMEN

L'Arabie saoudite n'a pas de troupes sur le sol yéménite, mais ne l'exclut pas

De la fumée s'échappe d'un dépôt d'armes à Aden, le 28 mars 2015.
De la fumée s'échappe d'un dépôt d'armes à Aden, le 28 mars 2015. Saleh al-Obeidi, AFP

L'Arabie saoudite a affirmé, jeudi, ne pas avoir de troupes "officielles" sur le sol yéménite, alors que l'offensive aérienne déclenchée par Ryad et ses alliés sunnites est entrée dans sa deuxième semaine.

Publicité

• L’ambassadeur d’Arabie saoudite aux États-Unis a réaffirmé, jeudi 2 avril, lors d’une conférence, que Riyad n’avait pas de troupes "officielles" sur le sol yéménite, mais que l'envoi de soldats restait une possibilité. "La question d'envoyer des troupes au sol reste sur la table" a-t-il précisé.

• Les Houthis se sont emparés du palais présidentiel d’Aden, où Abd Rabbo Mansour Hadi s'était réfugié avant de fuir pour l'Arabie saoudite, après de violents combats qui les ont opposés à l’armée régulière et aux "comités populaires". Ces derniers réclamaient jeudi en fin d’après-midi un cessez-le-feu pour pouvoir évacuer les blessés et les cadavres.

>> À lire sur France 24 : "Yémen : qui sont les Houthis, dont l'avancée fait craindre une guerre civile ?"

• Au moins 44 personnes, dont 18 civils, ont été tuées lors de ces heurts. Une vidéo, prise à l’hôpital d’Aden, montrait le personnel médical débordé face à l’afflux des blessés.

• Les rebelles chiites se sont rendus maîtres du quartier du Cratère, au centre ville. Quelques heures après cette prise, plusieurs dizaines d'hommes armés de nationalité inconnue sont arrivés par mer dans une partie de la ville portuaire non encore investie par les combattants chiites. Un conseiller saoudien a démenti qu’il s’agissait de forces envoyées par Riyad.

>> À lire sur France 24 : "Derrière le chaos au Yémen, la rivalité entre l'Iran et l'Arabie saoudite"

• Un responsable portuaire a déclaré qu'il s'agissait d'agents de sécurité qui ont débarqué d'un navire chinois afin d'apporter de l'aide et d'évacuer des civils.

• Selon David Rigoulet-Roze, spécialiste du Moyen-Orient interrogé par France 24, l’opération au Yémen pourrait s’étaler sur six mois environ. "Dans un premier temps, il est prévu d’instaurer une zone d’exclusion aérienne et un blocus maritime. Mais pour tenir le pays, il faut des soldats au sol et c’est quelque chose qui n’enchante pas les membres de la coalition, dont l’Arabie saoudite", précise-t-il.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) profite du chaos actuel pour lancer de nouvelles offensives. Un commando a pris d'assaut la prison centrale de la ville portuaire de Moukalla, située à 500 km à l'est d'Aden et libéré 150 prisonniers, dont des membres d'Al-Qaïda parmi lesquels Khaled Batarfi, l’un des cadres régionaux d'Aqpa qui avait été arrêté il y a quatre ans.

• Le ministre irakien des Affaires étrangères, Ibrahim Al-Jaafari, a condamné les frappes saoudiennes, rapporte le site d’informations iranien PressTV (lien en anglais).

Retrouvez les principaux évènements de la journée dans notre live-blog :

 

Live Blog EN DIRECT : les rebelles chiites s'emparent du palais présidentiel à Aden
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine