Accéder au contenu principal
CRASH DE GERMANWINGS

Germanwings : la seconde boîte noire de l'A320 retrouvée

Des gendarmes travaillent sur le lieu du crash de l'avion de Germanwings, le 31 mars 2015.
Des gendarmes travaillent sur le lieu du crash de l'avion de Germanwings, le 31 mars 2015. Francis Malenfer, ministère de l'Intérieur, AFP
2 min

La seconde boîte noire de l'A320 de Germanwings a été retrouvée. L'analyse de la première avait révélé que le copilote avait volontairement précipité la chute de l'avion. Peu avant, il avait par ailleurs fait des recherches sur le suicide.

Publicité

La seconde boîte noire de l'Airbus A320 de Germanwings a été retrouvée, jeudi 2 avril. L'appareil s'était écrasé le 24 mars dernier dans les Alpes-de-Haute-Provence avec 150 personnes à son bord.

Cette boîte noire contient les paramètres de vol. Elle enregistre seconde par seconde tous les paramètres sur une durée de 25 heures de vol (vitesse, altitude, trajectoire, etc.). Selon le procureur, "son état général laisse raisonnablement espérer une possibilité d'exploitation".

La première boîte noire avait été découverte le jour même du crash et avait révélé que le copilote Andreas Lubitz seul dans le cockpit au moment du drame, avait volontairement précipité la chute de l'appareil.

Des recherches sur Internet sur le suicide

Lors d'une conférence de presse jeudi en fin de journée, le procureur Brice Robin a précisé que 2 285 échantillons d'ADN parmi lesquels 150 profils différents ont pour l’instant été isolés. "Cela ne signifie pas que nous avons identifié les 150 victimes. [...] Il nous reste à effectuer la comparaison de ces ADN post-mortem aux ADN ante-mortem. Ce travail va pouvoir rapidement commencer dès le début de la semaine prochaine", a-t-il estimé lors d’une conférence de presse. L'identification devrait ainsi prendre entre trois et cinq semaines.

Les enquêteurs allemands ont par ailleurs indiqué, jeudi, que le copilote avait fait des recherches sur Internet sur le suicide et les portes blindées de cockpit. Ils ont découvert ces informations en consultant une tablette saisie lors d’une perquisition dans l’un des domiciles d’Andreas Lubitz.

"L'[historique] du navigateur n’avait pas été effacé et il était possible de suivre sur l’appareil les recherches effectuées sur la période comprise entre le 16 et le 23 mars 2015", a expliqué le parquet de Düsseldorf, en charge de l’enquête en Allemagne. Le copilote se serait également penché sur "des méthodes de traitement médical" sans qu’il soit précisé sur quelle type de maladie.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.