Accéder au contenu principal

Yémen : violents combats pour le contrôle d'Aden

Un tank portant le drapeau du mouvement séparatiste du sud du Yémen à Aden, en proie aux combats entre les rebelles Houthis et les fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi.
Un tank portant le drapeau du mouvement séparatiste du sud du Yémen à Aden, en proie aux combats entre les rebelles Houthis et les fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi. Saleh Al-Obeidi, AFP

Des troupes de nationalité inconnue ont débarqué jeudi à Aden. Les Houthis et leurs alliés se sont partiellement retirés du centre de la ville, dernier bastion fidèle au président Hadi, après des raids saoudiens jeudi matin.

Publicité

Des dizaines de soldats ont débarqué jeudi 2 avril dans le port d'Aden, la métropole du sud du Yémen, dont les miliciens chiites houthis avaient pris le centre la veille, ont rapporté la capitainerie et des témoins. On ignore leur nationalité, mais il pourrait s’agir de forces de la coalition menées par l’Arabie saoudite, venues enrayer la progression des rebelles houthis dans la ville. Une progression déjà ralentie jeudi matin, après des raids aériens nocturnes de la coalition.

Aden, deuxième ville du Yémen, reste le dernier bastion des forces fidèles au président yéménite Abd Rabo Mansour Hadi.

La nationalité des troupes qui ont débarqué à Aden ce jeudi reste inconnue, mais la coalition formée par l'Arabie saoudite dit avoir la maîtrise des eaux autour de la ville, ce qui laisse penser que les soldats arrivés dans le port d’Aden pourraient appartenir à la coalition arabe.

Des Houthis se retirent d'un quartier d'Aden après les raids saoudiens

À Aden à la mi-journée, des combats avaient lieu par intermittence dans le quartier de Khor Maksar, où se trouvent des consulats, des bâtiments de l'ONU et des sièges d'ONG. Les "comités populaires", des paramilitaires pro-Hadi, tentaient de stopper la progression des rebelles houthis dont des positions ont été la cible des raids aériens nocturnes de la coalition.

Jeudi matin, les membres de la milice chiite houthis et leurs alliés de l'armée yéménite, fidèle à l’ancien président Ali Abdallah Saleh, se sont partiellement retirés de cet important quartier d’Aden. La veille, les rebelles avaient effectué une nette avancée en réussissant à entrer dans Khor Maksar, malgré les raids internationaux les ciblant depuis une semaine.

Le ministre yéménite des Affaires étrangères, Ryad Yassine, se félicitait des raids aériens de la coalition arabe qui "ont affaibli les Houthis et les forces de Saleh [qui] ne parviendront pas à contrôler Aden", indiquait-il. Il s'exprimait depuis l’Arabie saoudite sur Al-Arabiya, chaîne de télévision à capitaux saoudiens.

>> À lire sur France 24 : Raids aériens au Yémen : la peur d’une nouvelle crise humanitaire

Al-Qaïda profite du chaos et libère 300 prisonniers

Profitant du chaos provoqué par le conflit dans le pays, Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a attaqué la prison centrale de Moukalla, à 500 km à l'est d'Aden, libérant plus de 300 détenus. "Un dirigeant d'Aqpa, Khaled Batarfi, détenu depuis plus de quatre ans, figure parmi les plus de 300 prisonniers ayant réussi à s'échapper de la prison centrale de Moukalla", a indiqué une source sécuritaire.

Outre la prison de la ville portuaire de Moukalla, les combattants d'Al-Qaïda s’en sont également pris au complexe de l'autorité provinciale, à la branche de la Banque centrale, au commissariat de police et aux locaux des services de renseignement, a ajouté la même source.

>> À lire sur France 24 : Attaque de l’EI au Yémen : "C’est une défiance envers Aqpa"

Avec Reuters et AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.