ÉGYPTE

Nouvelles attaques meurtrières dans un bastion de l'EI en Égypte

L'armée égyptienne a lancé une vaste offensive contre les jihadistes dans le Sinaï.
L'armée égyptienne a lancé une vaste offensive contre les jihadistes dans le Sinaï. AFP

Plus de trente personnes au total, dont quinze soldats égyptiens et deux civils, sont mortes jeudi dans cinq attaques jihadistes dans le Sinaï, au nord de l’Égypte. L’armée y affronte une branche locale de l’organisation de l’État islamique.

Publicité

Quinze soldats égyptiens et deux civils ont été tués jeudi 2 avril dans l’attaque de plusieurs points de contrôle dans la région du Sinaï, au nord de l’Égypte. Des responsables locaux de la police ont indiqué que des "terroristes" avaient attaqué à l'arme automatique et au lance-roquettes cinq postes de contrôle routier tenus par des soldats.

Quinze assaillants ont également été tués dans les échanges de tirs qui ont suivi les attaques, selon la police. Au moins 17 militaires et six civils auraient également été blessés. Ces bilans établis par les forces de l'ordre ne peuvent pas être vérifiés de source indépendante.

Aucune revendication n'a, pour l’instant, été formulée, mais des jihadistes de la péninsule multiplient les actes de guérilla depuis l'éviction du président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, déposé par l'armée en juillet 2013.

À voir sur France 24 : "Sinaï : la poudrière égyptienne ?"

Vaste offensive dans le nord du Sinaï

La plupart sont commis par un groupe qui s'est d'abord appelé Ansar Baït al Makdis avant de prendre le nom de Province du Sinaï après avoir prêté allégeance à l'organisation de l'État islamique (EI). Le mouvement a notamment revendiqué une série d'attentats qui a fait 30 morts en janvier.

L'armée égyptienne qui a lancé une vaste offensive dans le nord du Sinaï, près de la frontière avec la bande de Gaza, dit avoir tué des centaines d'extrémistes ces dernières semaines sans venir à bout de la guérilla.

Selon le pouvoir du président Abdel Fattah al-Sissi, l'ex-chef de l'armée, tombeur de Mohammed Morsi, plus de 500 policiers et soldats ont été tués dans des attentats et attaques essentiellement dans le nord-Sinaï depuis 2013.

Dans le même temps, soldats et policiers ont tué plus de 1 400 manifestants pro-Morsi, essentiellement au Caire, et emprisonné plus de 15 000 partisans du premier président élu démocratiquement en Égypte. Des centaines ont été condamnés à mort dans des procès de masse et qualifiés par l'ONU de "sans précédent dans l'Histoire récente" du monde.

Avec AFP et Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine