Reporters

France : zone de turbulences au sein de l'UOIF

Capture d'écran France 24

Alors que le congrès annuel de l'Union des organisations islamiques de France s'ouvre, vendredi, au Bourget autour du thème "Mohammed, prophète de miséricorde et de paix", l’organisation vit, elle, des tensions en son sein. Deux de ses anciens membres, leaders d'associations de jeunes musulmans en France pointent les dérives islamistes. Enquête de nos reporters.

Publicité

L'Union des organisations islamiques de France (UOIF), qui revendique plus de 250 associations membres en France, est l'une des principales organisations structurant le paysage musulman français, mais de plus en plus de voix dissonantes en son sein se font entendre. À l'instar de deux de ses anciens membres, leaders d'associations de jeunes musulmans en France, qui pointent les dérives islamistes de l'UOIF.

Si ses représentants revendiquent une pensée conforme à l’islam, dans le respect du cadre républicain français, ses détracteurs assurent que l’organisation est la vitrine des Frères musulmans en France. Membre du Conseil français du culte musulman (CFCM), cet acteur majeur de l’islam en France a traversé plusieurs crises, à commencer par son référencement comme "organisation terroriste" par les Émirats arabes unis en novembre 2014, aux côtés de 81 autres groupes ou organisations, dont Al-Qaïda, l’organisation de l’État islamique, les Shebab somaliens ou encore Boko Haram... L’UOIF a déploré une qualification "aussi insultante que ridicule", qui porte atteinte aux musulmans de France.

>> À lire sur France 24, notre reportage au Bourget à la 32e rencontre annuelle des musulmans de France

Quelques mois plus tard, en février 2015, c’est le lycée musulman Averroès de Lille – lié à l’UOIF –, qui a été la cible des critiques. Dans une tribune publiée dans "Libération", un professeur de philosophie démissionnaire dénonce "une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme", ainsi que l’antisémitisme culturel des élèves. Le directeur de l’établissement scolaire a porté plainte pour diffamation.

Enfin, au lendemain des attentats de Paris, le Premier ministre Manuel Valls, en appelait à "combattre le discours des Frères musulmans dans notre pays", ce qui avait été perçu comme une déclaration visant l’UOIF en France.

L’organisation est-elle une menace pour la République française ou œuvre-t-elle pour le mieux vivre ensemble ? Nos reporters ont mené l’enquête à Paris, Lille et Nantes. Ils ont rencontré le président de l’UOIF, Amar Lasfar, mais aussi d’anciens membres, qui pointent ouvertement les dérives islamistes de l’organisation. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine