EUROPE

Sécurité aérienne : le suivi médical des pilotes allemands épinglé par l’agence européenne

L'agence européenne de sécurité aérienne avait demandé à l'Allemagne de prendre des mesures dans le suivi médical de ses pilotes.
L'agence européenne de sécurité aérienne avait demandé à l'Allemagne de prendre des mesures dans le suivi médical de ses pilotes. Patrik Stollarz, AFP

L’Agence européenne de sécurité aérienne a révélé samedi 4 mars qu’elle avait demandé à l’Allemagne de prendre des mesures dans le domaine du suivi médical des pilotes en Allemagne, bien avant le crash de l’A320 de Germanwings.

Publicité

La sonnette d’alarme avait pourtant été tirée. L'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) avait relevé en Allemagne des cas de non-conformité aux "règlements européens en matière de sécurité aérienne, en particulier dans le domaine du suivi médical".

L’information a été confirmée par le porte-parole de l’agence, Dominique Fouda, abondant dans le sens d’un article du "Wall Street Journal", du samedi 4 avril les mêmes informations.

Selon l'édition du journal américain, "les officiels de l'Union européenne ont estimé que le régulateur allemand en charge de la sécurité aérienne souffrait de pénuries chroniques de personnel pouvant nuire à sa capacité de contrôle des appareils et des équipages, y compris au niveau médical".

Demande de mise en conformité courant 2014

Les réponses de l'Allemagne seraient actuellement en cours d'évaluation. "Cela fait partie d'un système continu de supervision : des éléments relevés sont suivis d'actions correctrices, comme dans un processus d'audit", a ajouté le porte-parole de l’AESA.

Selon un porte-parole de la Commission européenne, interrogé par l'AFP, "sur la base des recommandations de l'AESA, la commission a fait part des problèmes à l'Allemagne, demandant une mise en conformité" courant 2014.

>> A relire sur France 24 : Le copilote Lubitz voulait que "tout le monde se souvienne de son nom"

Ces informations corroborent les défaillances dans le système de sécurité aérienne qui ont permis à Andreas Lubitz, le copilote à l’origine de la mort de 150 personnes dans le crash de l’A320 le 24 mars dernier, de prendre place aux commandes de l’avion de Germanwings.

Andreas Lubitz, 27 ans, avait souffert de dépression sévère, et a eu, au cours de sa vie, des tendances suicidaires.

Des éléments niés en bloc par le patron de Lufthansa, maison-mère de Germanwings, qui estime que Andreas Lubitz était "à 100% capable de piloter" un avion.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine