Accéder au contenu principal

Ligue 1 : quand le président de l’OM tacle son homologue lyonnais

Le président de l'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas (à gauche) et celui de l'Olympique de Marseille, Vincent Labrune, se livrent une guerre par médias interposés.
Le président de l'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas (à gauche) et celui de l'Olympique de Marseille, Vincent Labrune, se livrent une guerre par médias interposés. Gerand Julien / Romain Perrocheau, AFP

Le président de l’OM, Vincent Labrune, a transmis un courrier à la Fédération française de football pour dénoncer les critiques publiques récurrentes de son homologue lyonnais, Jean-Michel Aulas, contre l'arbitrage. Une procédure inédite.

PUBLICITÉ

L’Olympique de Marseille a perdu le "Classico", dimanche 5 avril, face à Paris (3-2), mais son nouvel adversaire est déjà tout désigné. Dans un dossier d’une dizaine de pages transmis au Comité d’éthique de la Fédération française de football (FFF) par le président de l'OM, Vincent Labrune, le club phocéen a répertorié les sorties médiatiques de Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique lyonnais, depuis seize ans devant les caméras ou sur les réseaux sociaux.

Le courrier contient pêle-mêle les déclarations de Jean-Michel Aulas sur l’arbitrage, les autres clubs de Ligue 1 et bien sûr l’OM. Certaines de ces déclarations ont été faites devant des caméras, d’autres sur Twitter. Le président lyonnais se lâche en effet régulièrement sur la plate-forme de microblogging qu’il considère comme un "outil de communication permettant de s’exprimer en temps réel" selon ses déclarations sur RMC lundi 6 avril.

Les déclarations contre les arbitres de Jean-Michel Aulas sur Twitter
{{ scope.counterText }}
{{ scope.legend }}© {{ scope.credits }}
{{ scope.counterText }}

{{ scope.legend }}

© {{ scope.credits }}

Le moment choisi par l'OM n’est pas innocent : Jean-Michel Aulas sera auditionné par le Conseil national d'éthique (CNE) le 14 avril et risque une suspension de stade. Il avait déjà écopé d’un match de suspension en juin 2014 pour avoir refusé de serrer la main de l’arbitre à la fin de la finale de la Coupe de la Ligue face au PSG.

Les présidents de clubs français avec Labrune ?

Vincent Labrune affirme représenter les plaintes d’autres présidents de club, notamment celui de Saint-Etienne, qui dénonce les invectives de Jean-Michel Aulas. Le président lyonnais a l’habitude de répondre à des provocations de supporters adverses, et ne fait pas toujours dans la dentelle.

Les tweets de Jean-Michel Aulas aux autres Twittos
{{ scope.counterText }}
{{ scope.legend }}© {{ scope.credits }}
{{ scope.counterText }}

{{ scope.legend }}

© {{ scope.credits }}

L’image renvoyée par les deux clubs, digne d’un mauvais vaudeville, a d’ailleurs été critiquée par le président de Lille, Michel Seydoux. Là encore Jean-Michel Aulas y est allé de son tweet pour répondre.

Ce que l’affaire révèle

Vincent Labrune a-t-il voulu faire sortir de ses gonds le président lyonnais et déstabiliser Lyon dans le cadre du sprint final ? Les deux Olympiques sont des rivaux directs pour le sprint final : Lyon est 2e avec 61 points, et Marseille 3e avec 57 points. En envoyant cette lettre, l’OM affirme que son rival direct n’est pas le PSG, mais bien Lyon, et tente de marquer sa différence.

Une opposition de style qui se voit également dans la manière de communiquer des deux présidents : Vincent Labrune ne s’est pas beaucoup exprimé depuis la publication de son courrier dans "Le Parisien", et a tout juste indiqué "assumer" la transmission du dossier à la FFF. L’exact opposé de Jean-Michel Aulas, qui ne s’est pas privé durant le match OM-PSG de brocarder sur Twitter le "petit président" de Marseille.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.