YÉMEN

Riyad autorise la Croix-Rouge à intervenir au Yémen

Le CICR a obtenu l'autorisation d'acheminer du matériel médical dans les zones bombardées par la coalition.
Le CICR a obtenu l'autorisation d'acheminer du matériel médical dans les zones bombardées par la coalition. Abdulrahaman Abdullah, AFP

Après une semaine de négociations, le Comité international de la Croix-Rouge a obtenu, dimanche, le feu vert saoudien pour acheminer du personnel et un soutien médical à la population civile yéménite.

Publicité

Le Comité International de la Croix Rouge (CICR) a annoncé, dimanche 5 avril, avoir reçu le feu vert de l'Arabie saoudite pour livrer de l'aide et envoyer du personnel médical au Yémen. L'ONG espère pouvoir envoyer deux avions lundi à Sanaa.

"Nous avons reçu l'autorisation de la coalition d'envoyer deux avions, l'un transportant du matériel et l'autre du personnel", a déclaré Sitara Jabeen, porte-parole du CICR.

La Croix-Rouge négociait avec Riyad depuis près d'une semaine le droit de pénétrer sur le territoire yéménite, où une coalition conduite par l'Arabie saoudite mène une campagne de frappes aériennes depuis 11 jours contre les rebelles chiites houthis.

Le CICR espère que les appareils pourront se poser lundi à Sanaa, la capitale yéménite. La porte-parole attend par ailleurs l'accord des autorités saoudiennes pour acheminer par la mer une équipe de chirurgiens à Aden, dans le sud du pays, où les combats font rage. Alors que le pays s'enfonce dans les violences, les ONG s'inquiètent de la situation humanitaire et du nombre très élevé de victimes civiles. Le dernier bilan officiel donné par l'ONU, jeudi, fait état de 519 morts et 1 700 blessés en deux semaines, mais il augmente chaque jour. Ainsi, au moins 53 personnes ont été tuées lors des dernières 24 heures à Aden.

Sur le terrain, les Houthis ont progressé dimanche dans Aden, la deuxième ville du Yémen, en dépit des frappes de la coalition. De son côté, l’Iran, la grande puissance régionale chiite, a sollicité l'aide du sultanat d'Oman pour obtenir un arrêt "immédiat" de ces frappes, selon les médias iraniens.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine