ÉTATS-UNIS

Pas de légitime défense pour le témoin de la mort de Walter Scott

Walter Scott, un homme noir d'une cinquantaine d'années, a été abattu samedi par un policier blanc de plusieurs balles dans le dos.
Walter Scott, un homme noir d'une cinquantaine d'années, a été abattu samedi par un policier blanc de plusieurs balles dans le dos. Capture d'écran France 24

L’homme qui a filmé un policier blanc, Michael Slager, tirant huit fois sur Walter Scott, un Noir d'une cinquantaine d'années, à North Charleston, a été interviewé par NBC News. Selon lui, le policier n’était pas en situation de légitime défense.

Publicité

Le vidéaste amateur qui a révélé l’affaire Walter Scott a été interviewé mercredi 8 avril par NBC News. Selon ce témoin clé, le policier blanc, Michael Slager, et Walter Scott, la victime noire, ont eu une altercation samedi 4 avril à North Charleston (Caroline du Sud) avant que la situation ne dégénère, et n'aboutisse à la mort de Walter Scott. "Avant que je ne commence à filmer ils étaient tous les deux au sol. Je me rappelle que le policier avait le contrôle de la situation", a raconté mercredi l’auteur de la vidéo, Feidin Santana.

"Il contrôlait Scott et Scott essayait de se dégager [après avoir reçu un coup de Taser], mais comme je l'ai déjà dit, il n'a jamais utilisé le Taser contre le policier", a-t-il ajouté. Le policier, qui avait arrêté Walter Scott pour un banal contrôle routier, avait affirmé via sa radio que la victime avait pris son pistolet paralysant Taser, a rapporté le New York Times.

"Comme vous le voyez dans la vidéo l'officier de police lui a juste tiré dans le dos. J'ai su tout de suite que j'avais quelque chose d'important dans les mains", a encore raconté ce témoin direct.

La vidéo a donné un tout autre éclairage sur les faits et Michael Slager a été inculpé de meurtre. Dans le mandat d'arrêt, que l'AFP s'est procuré, il est indiqué que "Michael Thomas Slager (...) a illégalement et avec préméditation tué la victime. […]". Il risque la peine de mort ou 30 ans d'emprisonnement.

Il a tiré comme "s’il essayait d’abattre une biche"

Le père de Walter Scott, également prénommé Walter, s'est dit anéanti par la mort de son fils. "La façon dont on lui a tiré dessus, on aurait dit qu'il [le policier] essayait d'abattre une biche [...] Je ne sais même pas si c'est du racisme ou s'il a un problème mental", a-t-il déclaré mercredi à la chaîne NBC.

La famille de la victime avait rendu hommage dès mardi soir au "héros" qui a filmé la scène. C'est un "ange", a déclaré Barbara Scott, une cousine. Sans cette vidéo, il n'y aurait "pas eu de justice. Sans preuve visible, c'est votre parole contre celle de la police. Et il semble qu'ils croient davantage la police".

Le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, a évoqué une vidéo "horriblement difficile à regarder", estimant que le port de caméras par les policiers "serait positif". Selon le maire, la ville a reçu une subvention pour l'achat d'une centaine de caméras individuelles destinées aux policiers en uniforme.

Cet incident intervient dans un contexte déjà tendu et risque de raviver davantage les tensions raciales aux États-Unis, déjà secoués par de récentes affaires d'hommes noirs abattus ou brutalisés par des policiers blancs.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine