JUSTICE

L'ancien international sénégalais Souleymane Diawara en prison à Marseille

Souleymane Diawara a signé en août 2014 à l'OGC Nice. Il a été champion de France avec Bordeaux (2008) et l'OM (2010).
Souleymane Diawara a signé en août 2014 à l'OGC Nice. Il a été champion de France avec Bordeaux (2008) et l'OM (2010). Jean-Christophe Magnenet, AFP

Le défenseur sénégalais de l'OGC Nice (Ligue 1), Souleymane Diawara, a été mis en examen et écroué à la prison des Baumettes à Marseille dans le cadre d'une enquête pour une "extorsion de fonds".

Publicité

Extorsion de fonds et tentative d'extorsion de fonds. Ce sont les mobiles retenus contre Souleymane Diawara, ancien international sénégalais de 36 ans (48 sélections), passé par l'Olympique de Marseille et les Girondins de Bordeaux, toujours en activité à l’OGC Nice.

Il a été placé en détention provisoire, jeudi soir, à la prison marseillaise des Baumettes, dans le cadre d'une enquête menée par un juge d'instruction de Digne (Alpes-de-Haute Provence).

Une Porsche Cayenne à l'origine du litige ?

Selon une source proche de l'enquête, Diawara aurait été victime d'une escroquerie et aurait tenté de se faire justice lui-même, aidé de quatre comparses, dont son frère Adama. L'individu visé, qui a subi des "pressions", serait un homme habitant la région de Forcalquier, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Aucune indication n'a cependant été donnée sur la nature exacte de l'agression.

Selon cette même source, l'objet du litige est une Porsche Cayenne qui avait été déclarée volée, achetée ensuite par Diawara, pour la somme de 50 000 euros que le joueur a payé en liquide. Le vendeur du véhicule a été entendu par la gendarmerie, a précisé la source proche de l'enquête, sans donner plus de détails.

L'entraîneur adjoint du club, Fred Gioria s'est dit "très peiné pour l'homme qui est quelqu'un de très très bien. Nous n'en savons pas plus, cela n'a rien à voir avec le club", a-t-il affirmé.

Diawara n'a pas participé aux entraînements de l'OGC Nice mercredi et jeudi. Souleymane Diawara risque jusqu'à sept ans de prison pour les faits qui lui sont reprochés.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine