BASKETBALL

Rupture définitive entre Joakim Noah et les Bleus ?

Joakim Noah, lors de l'EuroBasket 2011, la seule compétition internationale à laquelle le pivot des Chicago Bulls a pris part avec les Bleus.
Joakim Noah, lors de l'EuroBasket 2011, la seule compétition internationale à laquelle le pivot des Chicago Bulls a pris part avec les Bleus. Petras Malukas, AFP

La Fédération française de basket a annoncé samedi que Joakim Noah ne participerait pas au championnat d’Europe organisé en France en septembre prochain. Un nouveau forfait qui pourrait sceller le sort du pivot franco-américain avec les Bleus.

Publicité

En annonçant à la Fédération française de basket ball (FFBB), vendredi 10 avril, qu’il ne participerait pas à l’EuroBasket 2015 (4-20 septembre), Joakim Noah n’a pas surpris ses dirigeants. Ni les supporteurs de l’équipe de France, d'ailleurs. Depuis qu’il a débuté sa carrière professionnelle, le fils de l’ancien tennisman Yannick Noah n’a en fait participé qu’à une seule compétition internationale avec le maillot bleu, l’EuroBasket 2011, ayant, chaque été, d’autres priorités que l'Equipe de France.

Opéré du genou à l’été 2014, le pivot de 2,11 mètres n’a toujours pas retrouvé l’intégralité de ses moyens, et joue diminué physiquement depuis le début de la saison. Pour le soulager, les médecins de son équipe des Chicago Bulls ont d’ailleurs imposé que son temps de jeu soit limité à une trentaine de minutes par match, ce que n’avait pas manqué de remarquer le staff tricolore. "Très sincèrement, voyant ses matches, son temps de jeu, on s’y attendait, a confié à France 24 le Directeur technique national (DTN) Patrick Beesley. À partir du moment où un joueur a des soucis avec des blessures, ça devient compliqué."

Et les complications sont monnaie courante avec Joakim Noah. Car ce nouveau forfait ne fait que s’ajouter à une liste déjà bien longue : EuroBasket$2009, Mondial 2010, Jeux olympiques 2012, EuroBasket 2013, Mondial 2014… Le vainqueur du trophée NBA 2014 du meilleur défenseur de l’année n’a jamais caché son désintérêt pour les Bleus. "Je l’ai toujours dit, l’équipe de France, c’est une super expérience, mais ça n’a jamais été ma priorité. […] Moi, ma priorité, c'est ma carrière. J'ai toujours été très franc là-dessus et, pour certains joueurs, pour certaines personnes, c'est quelque chose qu'ils ne comprennent pas", affirmait-il ainsi dans les colonnes de "L’Équipe" le 4 mars 2015.

Ultimatum lancé par la FFBB

Vivant aux États-Unis depuis ses 13 ans, Joakim Noah n’a pas été formé en France, contrairement à Tony Parker, et n’a pas grandi en regardant ses aînés défendre les couleurs françaises. Les Bleus, tout simplement, ne font pas partie de sa culture.

La FFBB a toujours eu conscience de cette donnée et a bien compris que seul un événement comme les Jeux olympiques était susceptible de le motiver. C’est d’ailleurs dans l’optique des Jeux de Londres que le joueur des Bulls avait bien voulu participer à l’EuroBasket 2011, une compétition qualificative pour les JO 2012. Auxquels, blessé, il ne participa pas.

Cette année, la FFBB lui avait donc posé un ultimatum : une non-participation au championnat d’Europe entraînerait une non-sélection pour les Jeux de Rio de 2016. Un argument qui n’a visiblement pas suffi.

"On acte le forfait et on se projette vers l’avant, affirme le DTN Patrick Beesley. Son absence n’est pas aussi préjudiciable que par le passé. Aujourd’hui il y a des joueurs qui se sont révélés, des potentiels qui ont confirmé des choses. D’accord, ça aurait été mieux d’avoir Joakim avec nous, mais il ne sera pas là et ce n’est pas la fin du monde."

"Ça fait quatre ans de suite qu’il ne peut pas venir, donc à un moment, ça va"

Âgé de 30 ans, et sujet à de nombreux pépins physiques ces dernières saisons, le médaillé d’argent à l’EuroBasket 2011 sait toutefois que les JO 2016 représentaient sans doute sa dernière chance de réaliser son rêve olympique. La carrière de Joakim Noah en équipe de France pourrait donc être terminée, à moins que la Fédération française ne revienne sur les règles qu’elle a elle-même fixées.

"Non, j’ai été très clair avec lui dès l’année dernière, assure Patrick Beesley à France 24. On ne va pas laisser de portes ouvertes. Ça fait quatre ans de suite qu’il ne peut pas venir, donc à un moment, ça va, il faut un peu de décence."

Un message catégorique qui semble montrer que la FFBB ne souhaite pas transiger sur ses principes. Reste à voir si ce discours tiendra dans un an en cas de qualification pour Rio. "Tout dépendra des circonstances", estime Jean-Pierre de Vincenzi, le prédécesseur de Patrick Beesley au poste de DTN, aujourd’hui Directeur général de l’Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (INSEP), contacté par France 24. "Si le coach se sent assez fort avec son équipe en place, il se peut qu’il garde le cap. Mais si jamais il y a des blessures chez les joueurs intérieurs, et on sait que ça peut arriver, et que Joakim Noah montre de l’intérêt pour l’équipe de France l’année prochaine, je ne vois pas comment on pourrait se priver de lui pour une compétition comme les Jeux olympiques."

L’histoire récente de l’équipe de France de basket a d’ailleurs prouvé que les règles édictées n’étaient pas toujours appliquées. Patrick Beesley avait notamment fait signer aux joueurs, en 2009, une charte qui les engageait dans la durée vis-à-vis des Bleus. Celle-ci n’avait pas empêché  les forfaits, lors des compétitions suivantes et encore moins les joueurs concernés d’être rappelés.


 Les absences à répétition de Joakim Noah en équipe de France :

  • EuroBasket 2009 : forfait, retenu par son club des Chicago Bulls
  • Mondial 2010 : forfait pour raisons personnelles (il devait négocier un nouveau contrat avec les Bulls)
  • Jeux olympiques 2012 : forfait pour cause de blessure (entorse de la cheville gauche)
  • EuroBasket 2013 : forfait pour cause de blessure (aponévrose plantaire au pied droit)
  • Mondial 2014 : forfait pour raisons personnelles (besoin de repos)
  • EuroBasket 2015 : forfait pour cause de blessure (douleurs au genou gauche)

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine