YÉMEN

Laurent Fabius soutient la poursuite des raids saoudiens au Yémen

Le ministre des Affaires étrangère Laurent Fabius a rencontré son homologue saoudien, Abdulaziz bin Abdullah, vice-ministre des Affaires étrangère saoudiennes, le 12 avril 2015 à Riyad.
Le ministre des Affaires étrangère Laurent Fabius a rencontré son homologue saoudien, Abdulaziz bin Abdullah, vice-ministre des Affaires étrangère saoudiennes, le 12 avril 2015 à Riyad. SPA, HO, AFP

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius se trouvait dimanche à Riyad pour exprimer son "soutien" à l'Arabie saoudite. Les saoudiens souhaitent poursuivre leurs raids au Yémen, malgré la situation humanitaire qui se dégrade.

Publicité

L'Arabie saoudite a cherché ce week-end à convaincre que sa campagne militaire au Yémen commence à porter ses fruits, en dépit des critiques. Nouvelle carte à son jeu, l’appui politique du chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, en visite à Riyad, dimanche 12 avril pour exprimer "le soutien" de la France au royaume saoudien. Dans le même temps, sur le sol yéménite, les rebelles chiites houthis soutenus par l'Iran ne désarment pas.

Le déplacement de Laurent Fabius, troisième visite du ministre des Affaires étrangères française à Riyad en peu de temps vise à "rassurer les autorités saoudiennes", explique Clarence Rodriguez, la correspondante de France 24 à Riyad. Il a eu l’occasion de le souligner lors de son entretien téléphonique ce matin avec le nouveau roi Salmane. "Concernant le Yémen, nous venons manifester notre soutien, surtout politique, aux autorités saoudiennes", a d’ailleurs déclaré Laurent Fabius à la presse, avant d’entamer sa série d'entretiens avec les principaux dirigeants saoudiens.

La France aux côtés des Saoudiens

"La France est plus que jamais aux côtés de l’Arabie saoudite", analyse la correspondante de France 24. L’entourage du ministre des Affaires étrangères confirme également que Laurent Fabius devait réaffirmer à ses hôtes saoudiens que "la France se tient naturellement aux côtés de ses partenaires de la région pour restaurer la stabilité du Yémen.

>> À lire sur France 24 : "Derrière le chaos au Yémen, la rivalité entre l'Iran et l'Arabie saoudite"

L'Arabie saoudite dirige une coalition de neuf pays arabes, qui mène depuis le 26 mars des frappes aériennes quotidiennes au Yémen pour empêcher des rebelles chiites houthis de prendre le contrôle de l'ensemble du territoire yéménite.

Face à la situation, Laurent Fabius a déclaré qu'il "faudra qu'à un moment ou à un autre, on arrive à une négociation". "À ce sujet il faut rappeler que l’État français a déjà apporté son soutien au président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi", explique la correspondante de France 24 à Riyad. Le président Hadi, contraint de quitter le pays en mars sous la pression des rebelles chiites, est considéré comme l"autorité légitime" par la France.

L’Arabie saoudite souhaite poursuivre ses raids

Sur le terrain, la campagne de bombardement menée par l’Arabie saoudite totalise 1 200 raids selon Ahmed Assiri, porte-parole de la coalition des neuf pays arabes dirigée par Riyad. Et elle est allée crescendo, passant de 35 raids par jour, à 50 puis à 80 et, finalement, à 120. Les frappes aériennes "vont se poursuivre", a martelé samedi soir ce responsable militaire.

Ces frappes ont neutralisé les capacités aériennes et balistiques des rebelles et de leurs alliés, mais leur impact humanitaire est désastreux. Les Saoudiens sont restés sourds jusqu'ici aux demandes de pause humanitaire d'organisations d'aide internationales qui s'alarment chaque jour des conséquences du conflit sur les civils.

>> À lire sur France 24 : Un premier avion d'aide médicale de la Croix-Rouge est arrivé au Yémen

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine