Dans la presse

"Les vulnérabilités de Hillary"

France 24

Au menu de cette revue de presse, lundi, la candidature de Hillary Clinton à la primaire démocrate, et l’utilisation par le pape François du mot "génocide" pour évoquer le massacre des Arméniens par les Turcs en 1915.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

Cette revue de presse internationale commence, lundi 13 avril, aux États-Unis, où Hillary Clinton a annoncé dimanche sa candidature à l’investiture démocrate pour la présidentielle de 2016.

"Elle débute la course avec une longueur d’avance, mais c’est loin d’être gagné", estime "The New York Times", qui explique que certes, Hillary Clinton dispose d’un avantage inédit sur ses futurs rivaux, et qu’elle est en bien meilleure posture qu’il y a huit ans, lorsqu’elle s’était présentée pour la première fois, mais qu’elle  n’est pas sans vulnérabilité". Le journal évoque son "manque de naturel" dans le contact avec les électeurs, et la lassitude d’une partie de l’opinion américaine, à l’égard des Clinton et de leurs controverses. L’ex-secrétaire d’État pourrait aussi se voir reprocher sa proximité avec Wall Street, ce qui peut être un gros handicap à un moment où les démocrates s’attachent à dénoncer les inégalités grandissantes - même si sa faiblesse sur ce sujet, estime "The New York Times", est moindre que son handicap à propos de l’Irak en 2008, lorsque la base démocrate était galvanisée par l’opposition à une guerre en faveur de laquelle elle avait voté en tant que sénateur. Ces éléments ne suffiront peut-être pas à la mettre vraiment en difficulté, mais devraient suffire à ce que sa campagne ne soit pas une promenade de santé.

L'annonce de la candidature de Hillary Clinton s’est accompagnée d’une vidéo montrant des Américains racontant leurs projets professionnels, éducatifs et personnels. Dans cette vidéo "impeccable", pour reprendre l’idée du "New York Times", Hillary Clinton déclare qu’elle aussi "démarre quelque chose", que le Américains, qui "se sont battus pour sortir d'une période économique difficile [...] ont besoin d'une championne", et qu’elle veut "être cette championne". D’après "The New York Times", la campagne de l’ex-secrétaire d’État devrait être centrée sur l’argument qu’elle est la plus à même de répondre au sentiment qu’ont beaucoup d’électeurs : ne jamais parvenir à rejoindre la classe moyenne. Un argument qu’elle aurait déjà abordé à plusieurs reprises ces derniers mois, en déplorant la stagnation des salaires les plus bas et la concentration des richesses entre les mains des Américains les plus fortunés.

Il est aussi beaucoup question de la déclaration qu’a faite dimanche le Pape François. Le souverain pontife a évoqué, pour la première fois, le "génocide" des Arméniens. Ce terme, déjà employé par Jean-Paul II, a été prononcé à l'occasion d'une messe pour commémorer le 100e anniversaire du massacre du peuple arménien par les Turcs. Ce n’est pas le terme qu’on retrouve à la une du journal  "Hurryiet", qui évoque plutôt "la crise de 1915", et "l’agacement" d’Ankara face à ces propos. Le quotidien affirme que le "véritable objectif" des Arméniens est de faire reconnaître ce "génocide" par les États-Unis. Le quotidien turc met en garde l’Administration Obama contre une telle reconnaissance, qui pourrait avoir pour conséquence un gel de la coopération militaire avec la Turquie, notamment l’utilisation par l’armée américaine de la base stratégique d’Incirlik, à l’est du pays.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine