Accéder au contenu principal

Une douzaine de migrants jetés à l'eau en Méditerranée parce que chrétiens

Des migrants clandestins arrivent au port d'Augusta, en Sicile, le 16 avril 2015.
Des migrants clandestins arrivent au port d'Augusta, en Sicile, le 16 avril 2015. Giovanni Isolino, AFP

Un drame s'est joué en pleine mer Méditerranée mercredi, quand une quinzaine de passagers d'une embarcation de migrants auraient jeté une douzaine de leur compagnons d'infortune à la mer parce qu'ils étaient chrétiens.

PUBLICITÉ

Horreur en mer Méditerranée. Douze migrants ont été jetés à la mer, mercredi 15 avril, après une rixe à motivation apparemment religieuse entre musulmans et chrétiens sur leur embarcation de fortune. À l'arrivée à Palerme, en Sicile, quinze hommes, des musulmans, ont été arrêtés.

Selon les médias italiens, cités par RFI, ils étaient 105, dont une majorité de Sénégalais et d'Ivoiriens musulmans, à avoir quitté les côtes libyennes à bord d'un bateau pneumatique.

"Au cours de la traversée, les Nigérians et les Ghanéens, en minorité, auraient été menacés d'être jetés à l'eau par une quinzaine de passagers", a rapporté le communiqué de la police, se basant sur les témoignages des rescapés chrétiens.

Le motif de la colère des agresseurs, est-il précisé, "serait la profession de la foi chrétienne par les victimes, au contraire de la foi musulmane professée par les agresseurs. Les menaces se seraient ensuite concrétisées et douze personnes, toutes nigérianes et ghanéennes, auraient succombé dans les eaux de la Méditerranée".

Toujours selon la police italienne, les neuf chrétiens qui ont survécu y sont parvenus en formant une véritable chaîne humaine.

"Ce n'est pas la première fois. On sait que quand il y a 400 personnes à bord d'un bateau surchargé en pleine mer, il peut y avoir des tensions terribles, tout peut arriver", explique à l'AFP Giovanni Abbate, conseiller juridique de l'Organisation internationale des migrations (OIM).

Parmi les 15 meurtriers présumés, incarcérés, on compte un mineur de 17 ans. Ils vont être poursuivis pour homicides multiples.

Dans un autre épisode tout aussi dramatique, quatre migrants, tous Africains, ont raconté à leur arrivée à Trapani, en Sicile, être les seuls survivants du naufrage de leur embarcation, qui transportait au total quelque 45 personnes. Selon leur récit au personnel humanitaire qui les a accueillis, leur vieux canot pneumatique s'est rapidement dégonflé et a coulé.

Ces drames n'en découragent pas pour autant les migrants, qui restent des centaines à tenter chaque jour de gagner l'Europe depuis les côtes de la Libye, à la faveur du chaos régnant dans ce pays depuis des mois.

Les migrants mineurs non accompagnés toujours plus nombreux

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.