IRAK

Un attentat près du consulat américain à Erbil fait plusieurs morts

Les attentats sont rares à Erbil. Le Kurdistan irakien est engagé au sein de la coalition qui lutte contre l'EI.
Les attentats sont rares à Erbil. Le Kurdistan irakien est engagé au sein de la coalition qui lutte contre l'EI. STR/AFP

Un attentat à la voiture piégée près du consulat américain à Erbil, au Kurdistan irakien, a fait au moins trois morts vendredi. Huit personnes ont également été blessées. L'organisation de l’État islamique a revendiqué l'attaque.

Publicité

Un attentat à la voiture piégée a visé vendredi 17 avril le consulat américain à Erbil, au Kurdistan irakien, région autonome au nord-est de l'Irak. Trois personnes ont été tuées dans l'attaque, au moins huit autres ont été blessés, selon le ministre de la Santé de la région autonome. Selon le site d'infomation Rudaw, spécialisé sur le Kurdistan, une enseignante américaine figure parmi les victimes.

L'organisation État islamique (EI) a revendiqué l'attentat, selon la société de surveillance des sites islamistes SITE qui s'appuie sur un message publié sur Twitter par les jihadistes.

"Une voiture piégée a explosé devant l'entrée du consulat des États-Unis, a déclaré le maire, Nihad Kodja. Il semble que le consulat ait été la cible." Les photos publiés sur les réseaux sociaux ont montré de la fumée noire s'élevant d'immeubles dans le quartier d'Ankawa, un quartier chrétien apprécié des étrangers pour ses nombreux cafés.

"Il n'y aucun blessé" parmi les employés de la mission diplomatique et les gardes locaux, a déclaré un porte-parole du département d'État.

Selon le reporter de Rudaw sur place, des équipes américaines et kurdes travaillent conjointement sur l'investigation de l'attentat.

Les attentats sont rares à Erbil. Le Kurdistan est un important partenaire de la coalition internationale dirigée par les États-Unis pour lutter contre l'EI qui s'est emparé de grandes parties du territoire irakien.

La dernière attaque remonte au mois de novembre lorsqu’une voiture piégée avait explosé à l’entrée des bureaux du gouverneur et avait fait cinq victimes. L’attentat avait été revendiqué par l’EI.

Les peshmerga, les combattants kurdes, ont pu repousser l'EI plus au nord grâce à l'appui des frappes de la coalition internationale.

Avec AFP et Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine