Accéder au contenu principal
FRANCE

François Hollande tente un supplément de communication sur Canal+

Bain de foule de François Hollande lors de la commémoration du 11 novembre 2014 à l'Arc de Triomphe
Bain de foule de François Hollande lors de la commémoration du 11 novembre 2014 à l'Arc de Triomphe François Mori, AFP
3 mn

L'émission au ton décalé de Canal+ "Le Supplément" reçoit dimanche François Hollande en direct, à l'occasion de ses trois ans de mandat. Pas de grandes annonces en perspective mais une volonté de toucher un public plus jeune.

Publicité

Opération séduction pour le président. François Hollande est l'invité, dimanche 19 avril, de l'émission "Le Supplément", sur Canal+, un programme décalé mêlant sujets graves et dérision. À la veille du troisième anniversaire de son mandat, le chef de l'État, toujours très impopulaire, tentera de séduire un public jeune et branché.

François Hollande sera en direct pour aborder des thèmes comme le terrorisme, les réformes économiques et sociales et la montée des populismes. Peu d'annonces sont toutefois attendues durant ces deux heures.

"S'il donne l'impression de faire de la com', ce ne sera pas bon"

"Sur la lutte contre le terrorisme, le ton sera extrêmement solennel, ce qui n'exclut pas de la spontanéité et un style plus direct", résume un conseiller. "Ce sera aussi l'occasion de renouer avec le thème de la jeunesse, fil rouge du quinquennat".

Pour Jean-Daniel Lévy, de l'institut de sondages Harris Interactive, le président a tout à gagner à se montrer sincère, y compris lors des séquences humoristiques. "Ce qu'on demande aux politiques en France, c'est d'avoir une forme de cohérence, d'être soi-même", dit le politologue. "S'il donne l'impression de faire de la com', ce ne sera pas bon. En revanche, s'il y a une forme de sincérité, il peut en tirer bénéfice, même si une seule émission ne change pas tout".

Jean-Daniel Lévy souligne par ailleurs que si "la prise de parole présidentielle n'a plus la solennité qu'elle avait il y a une dizaine d'années", les sondeurs "n'ont pas identifié de phénomène de saturation" de l'opinion vis-à-vis de l'expression des gouvernants.

Selon une enquête Opinionway pour Metronews et LCI réalisée début avril, la cote de popularité du chef de l'État a perdu quatre points, à 21 % de sondés satisfaits de son action.

Opération bilan et perspectives

La plupart des grandes réformes étant sur les rails, une source élyséenne annonce une "opération bilan et perspectives" d'un quinquennat.

Au chapitre économique, François Hollande pourrait donner des précisions sur la loi sur le travail et le dialogue social que le gouvernement compte adopter avant l'été, objet de délicates tractations avec les partenaires sociaux et la gauche du PS.

L'autre membre du couple exécutif, Manuel Valls, a d'ailleurs connu lui aussi une semaine très médiatique. Le Premier ministre a fait l'objet d'un documentaire intimiste diffusé sur France 3, donnant notamment la parole à la mère du locataire de Matignon, né en Espagne et naturalisé à l'âge de 20 ans. Il a également accordé un long entretien télévisé au journaliste Michel Denisot sur Canal+.

L'UMP contre-attaque

Les "Jeunes Pop" de l'UMP ont également de décidé de marquer le 3e anniversaire du mandat présidentiel à leur manière en publiant un tract, "Un supplément de Hollande ? Non merci !". Une manière de fustiger le bilan du chef de l'État.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.