ÉGYPTE

Procès du drame de Port-Saïd : onze supporters égyptiens condamnés à mort

Les supporters condamnés à mort par la justice égyptienne le 19 avril 2015.
Les supporters condamnés à mort par la justice égyptienne le 19 avril 2015. STR / AFP

Onze Égyptiens ont été condamné à mort dimanche pour leur participation aux émeutes dans un stade en 2012 à Port-Saïd, qui avaient provoqué la mort de 74 personnes. Les condamnés, dont deux sont en fuite, peuvent faire appel.

Publicité

La justice égyptienne a condamné dimanche 19 avril onze supporteurs de football à la peine capitale en Égypte, lors d'un nouveau procès des émeutes ayant fait 74 morts dans un stade à Port-Saïd en février 2012.

Ils étaient jugés pour leur participation présumée à des émeutes meurtrières à l'issue d'un match de Première Ligue, remporté par le club de Port-Saïd, Al-Masry, contre les stars cairotes d'Al-Ahly.

Les 11 condamnés à la peine capitale, dont deux sont en fuite, peuvent faire appel. Ils font partie des 61 supporteurs jugés lors de ce nouveau procès. Les autres accusés sont neuf policiers et trois membres de l'encadrement du club d'Al-Masry.

Les émeutes de Port-Saïd, dans le nord-ouest du pays, sont à ce jour les plus meurtrières qu'ait connues l'Égypte dans le cadre de matches de football, qui provoquent régulièrement des heurts entre les supporteurs et la police.

Les jeunes "ultras", fans souvent violents des équipes de football, avaient activement participé, notamment au Caire, à la révolte populaire qui avait chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak début 2011. Ce mouvement, dans la lignée du Printemps arabe, était à l'origine tourné essentiellement contre les policiers, accusés d'avoir fréquemment recours impunément à la violence, à la torture et aux exécutions extra-judiciaires.

Depuis, la police est régulièrement soupçonnée de ne pas intervenir, sciemment, lors de heurts entre supporteurs, par vengeance. C'est ce qui s'est passé à Port-Saïd, selon les supporteurs d'Al-Masry et les avocats des jeunes accusés.

Nouvelle hécatombe

Ainsi, dans les jours qui avaient suivi le drame de Port-Saïd, les ultras du club d'Al-Ahly avaient manifesté au Caire pour crier vengeance, et 16 personnes avaient été tuées dans les heurts avec la police.

Après Port-Saïd, le gouvernement avait banni les supporteurs des stades et imposé le huis-clos pour toutes les rencontres de Première Ligue.

Mais le 8 février dernier, alors que le public pouvait de nouveau assister à un nombre restreint de matches, des violences avaient conduit à une nouvelle hécatombe au Caire : 19 supporteurs avaient été tués à l'entrée d'un stade avant la rencontre entre Zamalek, le deuxième club-phare de l'Égypte, et l'équipe d'Enppi.

Les victimes avaient succombé, piégées entre les grillages d'une étroite cage les canalisant vers l'unique porte d'entrée du stade, dans une bousculade provoquée, selon de nombreux témoignages, par les tirs intenses de grenades lacrymogènes par les policiers.

La police, qui réfute cette thèse et accuse l'opposition islamiste d'avoir organisé ces violences, avait arrêté 16 personnes, dont 12 supporteurs. Le 17 mars, le parquet les a renvoyés devant un tribunal qui les juge notamment pour meurtres.

Depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi le 3 juillet 2013, ses partisans sont la cible d'une sanglante répression de la part du pouvoir du président Abdel Fattah al-Sissi, l'ex-chef de l'armée qui renversa le premier chef de l'État élu démocratiquement en Égypte.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine