MOYEN-ORIENT

Le Liban reçoit les armes françaises financées par Riyad

L'armée libanaise a été l'objet de plusieurs attaques de jihadistes ces derniers mois.
L'armée libanaise a été l'objet de plusieurs attaques de jihadistes ces derniers mois. Ghassan Sweidan, AFP

Après plusieurs mois d'attente, le Liban reçoit, lundi, sa première cargaison d'armes françaises, achetées grâce à un don saoudien, dans le cadre d'un vaste plan de modernisation des forces armées du pays du Cèdre.

Publicité

La France lance, lundi 20 avril, avec une première livraison d'armes, financée par un don saoudien de trois milliards de dollars (2,78 milliards d'euros), un vaste plan de modernisation des forces armées du Liban, afin de mieux faire face à la menace jihadiste venant de Syrie.

Présent sur place, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, assiste pour la circonstance à la remise de 48 missiles antichar Milan à l'armée libanaise. Au total, la France livrera 250 véhicules de combat ou de transport de troupes et matériel, sept hélicoptères Cougar, trois corvettes et de multiples équipements de reconnaissance, d'interception et de communication, détaille-t-on au ministère français de la Défense. Ces équipements viendront renouveler, d'ici au printemps 2019, des matériels obsolètes ou insuffisants.

Stabiliser le pays du Cèdre

Paris et Ryad espèrent ainsi contribuer à la stabilité du Liban, qui reste fragilisé par de fortes divisions confessionnelles, et surtout pas des incursions jihadistes en provenance de Syrie. Récemment interrogé par France 24, en marge de la Conférence sur la sécurité de Munich, le Premier ministre libanais, Tammam Salam, a évoqué, à l'heure où l'organisation de l'État islamique (EI) ne cesse d'étendre son influence sur les territoires syrien et irakien, "l'urgence" de la situation dans son pays. "Il ne faut pas laisser ces sauvages [de l'EI] entrer au Liban", a-t-il déclaré. Selon l'ancien général et politologue libanais Hisham Jaber, 3 000 jihadistes sont postés près à la frontière syro-libanaise, prêts à pénétrer dans la plaine de la Bekaa.

Le Liban comme la Jordanie, où Jean-Yves Le Drian s'est rendu samedi et dimanche, sont directement "affectés par le développement du terrorisme en Syrie et par un très grand afflux de réfugiés", souligne-t-on dans l'entourage du ministre français. "Leurs appareils de sécurité nécessitent un appui extérieur".

L'Arabie saoudite, irritée par la montée en puissance de l'Iran dans la région, entend aussi renforcer l'armée libanaise par rapport au Hezbollah, puissant mouvement politico-militaire chiite soutenu par Téhéran et qui combat les jihadistes au côté du régime de Damas.

Moderniser l'armée libanaise

À travers ce contrat franco-saoudien, "c'est une véritable transformation des forces armées libanaises qui doit s'engager" avec, outre la livraison d'équipements, un plan de formation de centaines d'officiers et sous-officiers pendant sept ans, explique-t-on au ministère français de la Défense.

L'armée libanaise (70 000 hommes) a déjà amorcé en partie sa mutation, aidée par des conseillers militaires américains et britanniques, relève Aram Nerguizian, expert au Centre d'études internationales et stratégiques (CSIS) de Washington. Les États-Unis lui ont fourni une assistance militaire de plus d'un milliard de dollars depuis 2006. En février, ils ont encore livré 72 canons M198 Howitzer et pour plus de 25 millions de dollars d'obus, de mortiers et munitions.

Mais l'armée libanaise a un besoin urgent de divers matériels, notamment d'hélicoptères pour transporter ses unités d'élite et gagner en mobilité, souligne l'ancien général Hisham Jaber, qui chiffre ses besoins globaux à dix milliards de dollars et déplore que la livraison des premiers Cougar ne soit prévue qu'à la fin 2017.

"On a besoin de temps pour fabriquer, mais il y a sûrement des stocks d'armement neuf", lance-t-il, alors que Paris invoque des délais pour construire les appareils demandés.

Des armes attendues avec impatience

En 2015, les équipements livrés – appareils de vision nocturne, véhicules blindés et légers, drones légers, moyens de déminage – seront prélevés sur les stocks de l'armée française.Ces armes sont attendues avec d'autant plus d'impatience que les négociations avec Ryad ont commencé fin 2013. L'Arabie Saoudite avait alors choisi la France comme partenaire en réaction au refus américain et britannique de s'impliquer militairement contre Bachar el-Assad, accusé d'utiliser des armes chimiques contre la rébellion, rappelle l'expert.

Le riche royaume pétrolier a aussi accordé à l'ancien Premier ministre libanais, Saad Hariri, un milliard de dollars pour soutenir l'armée libanaise. Mais cette transaction ne s'est pas encore concrétisée, selon Hisham Jaber.

Téhéran a également annoncé son intention de fournir des équipements mais cette proposition ne fait pas l'unanimité au sein du pouvoir libanais, divisé par le conflit syrien et sans chef de l'État depuis près d'un an.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine