Accéder au contenu principal

Pour éliminer la Juventus Turin, l'AS Monaco devra réaliser "le match parfait"

L'entraîneur de l'AS Monaco Leonardo Jardim (à gauche) et le défenseur Aymen Abdennour (à droite).
L'entraîneur de l'AS Monaco Leonardo Jardim (à gauche) et le défenseur Aymen Abdennour (à droite). Yann Buxeda

Battu sur un coup du sort à Turin (1-0), Monaco reçoit la Juve, mercredi soir, avec la ferme intention de se qualifier pour les demi-finales de la Ligue des champions. Pour cela, il faudra réaliser l'exploit face aux coéquipiers de Carlos Tevez.

Publicité

envoyé spécial France 24 à Monaco.

Il y a tout juste une semaine, au sortir d'une défaite rageante face à la Juventus Turin en quart de finale aller de la Ligue des champions (1-0), l'entraîneur de l'AS Monaco Leonardo Jardim avait regretté la "grande injustice" subie par ses joueurs, référence à un penalty litigieux sifflé par le corps arbitral, à l'heure de jeu, en faveur des Turinois.

Mardi soir, à la veille du quart de finale retour entre la Juve et le club de la principauté, la frustration du clan monégasque semble avoir fait long feu. L'ambition d'une qualification en demi-finale, en revanche, est toujours présente. En conférence de presse, Jardim ne s'est pas voilé la face. "Il faudra qu'on réalise le match parfait", a souligné le technicien portugais, conscient que les siens n'auront pas beaucoup de marge face à l'armada transalpine.

Face à la Juve, Monaco devra marquer au moins une fois sans encaisser de but. Si la défense monégasque est une habituée des "clean sheets" depuis le début de la saison, son attaque fonctionne sur un courant pour le moins alternatif. À domicile, notamment, les Monégasques peinent à se montrer réalistes, en attestent leurs récentes performances : trois résultats nuls, face à Saint-Étienne (1-1), Montpellier (0-0) et Rennes (1-1).

Pis, en Ligue 1, Monaco est de loin le prétendant à l'Europe le plus en difficulté sur ses terres. À domicile, les Monégasques n'occupent que le huitième rang du classement, avec 6 victoires pour 9 matches nuls et 2 défaites. Un bilan catastrophique, qui tranche avec son pragmatisme à l'extérieur (1er, avec 10 victoires pour 2 nuls et 4 défaites).

"C'est vrai qu'on est plus efficaces à l'extérieur, reconnaît Jardim. Mais si on veut passer, il faudra qu'on réitère une performance comparable à celle du Zenit". Une référence à la victoire monégasque de décembre dernier à Louis-II face au club russe (2-0), qui avait posé les jalons de cette belle aventure européenne.

Monaco, qui disposera d'un effectif au complet avec le retour de Toulalan au milieu, devra donc évoluer à son meilleur niveau pour entrevoir les demies.

Pour Buffon, Monaco "a les cartes en main"

En conférence de presse, le défenseur monégasque Aymen Abdennour a reconnu que chacun devrait être "exemplaire". "C'est un match difficile pour nous, mais c'est difficile pour eux aussi", a-t-il toutefois tempéré. Un point de vue partagé par les Transalpins, à l'image de Gianluigi Buffon, l'éternel gardien des Bianconeri.

Gianluigi Buffon (à gauche) et Massimiliano Allegri (à droite)
Gianluigi Buffon (à gauche) et Massimiliano Allegri (à droite) Yann Buxeda

"Ce sont les Monégasques qui ont les cartes en main", a affirmé l'international, comme pour tenter d'évacuer la pression qui pèse sur le club italien. "L'AS Monaco a les qualités pour inverser la tendance", a-t-il renchéri, tout en rappelant que c'était justement l'occasion pour la Juve de signifier "son retour parmi les grands d'Europe".

La dernière fois que la Juventus Turin avait atteint les demi-finales de la plus prestigieuse des compétitions européennes, c'était il y a dix ans. Autant dire une éternité au regard du curriculum vitae de la Vieille Dame. "Il me manque ce trophée dans mon palmarès, et c'est une récompense qui manque également à la Juve depuis trop longtemps. Comme je ne suis pas loin d'arriver à expiration, j'aimerais bien la remporter cette année", a prévenu dans un sourire le gardien turinois, âgé de 37 ans.

Vidal dans le groupe

Pour y parvenir, le coach italien Massimiliano Allegri estime toutefois qu'il faudra que les siens soient particulièrement vigilants. "Nous avons un petit avantage, mais pour nous qualifier, je pense que nous serons obligés de marquer", juge-t-il.

Un défi pas insurmontable pour les Bianconeri, qui comptent dans leurs rangs quelques individualités capables de faire la différence, comme Tevez ou Morata. Surtout, Allegri a confirmé que le Chilien Arturo Vidal, buteur sur penalty à Turin et incertain, serait bien sur la feuille de match.

Un atout supplémentaire pour les Turinois, d'autant que comme l'a souligné Jardim côté monégasque, "ce sont les joueurs qui décideront de l'issue de cette double confrontation". Preuve que malgré l'erreur d'arbitrage qui a plombé les espoirs monégasques à l'aller, l'AS Monaco croit plus que jamais en ses chances.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.