AFGHANISTAN

Les Taliban annoncent le début de leur offensive de printemps

Anciens Taliban sur le point de rendre les armes dans le cadre du plan de réconciliation du gouvernement, en février 2015.
Anciens Taliban sur le point de rendre les armes dans le cadre du plan de réconciliation du gouvernement, en février 2015. Noorullah Shirzada, AFP

La rébellion des Taliban en Afghanistan a annoncé mercredi le début de sa traditionnelle offensive de printemps. La mission de l'Otan dans le pays a mis fin à ses opérations en décembre dernier.

Publicité

Alors qu'une minorité d'entre eux a rendu les armes et a engagé un processus de paix avec le gouvernement, les Taliban afghans ont annoncé mercredi 22 avril le début vendredi de leur traditionnelle offensive du printemps, ciblant principalement les soldats et les diplomates étrangers encore en poste dans le pays.

"Les principales cibles de cette opération baptisée "Azm" seront les occupants étrangers, en particulier leurs bases militaires permanentes, leurs centres de renseignement et diplomatiques", ont souligné les Taliban dans un communiqué.

Le président afghan Ashraf Ghani tente de longue date de convaincre les Taliban de s'engager dans un processus de paix afin de stabiliser l'Afghanistan. Mais les insurgés refusent pour l'heure tout dialogue, exigeant au préalable le retrait des forces étrangères dont le mandat arrive à échéance à la fin 2016.

Les Taliban lancent ainsi chaque année au redoux printanier une offensive contre les forces étrangères, qui les ont chassés du pouvoir à la fin 2001, et leurs alliés des forces afghanes.

Or, les forces afghanes sont pour la première fois cette année sur la "ligne de front" pour le début de cette période car la mission de l'Otan dans le pays (Isaf) a mis fin à ses opérations en décembre dernier.

L'offensive ciblera le pouvoir

L'Alliance atlantique maintient néanmoins une force résiduelle de 12 500 soldats, dont 9 800 Américains, principalement cantonnés dans un rôle de formation des forces afghanes.

L'offensive ciblera aussi les responsables du pouvoir à Kaboul, ainsi que les services de renseignement, l'armée et la police du pays, ont prévenu les insurgés qui ont affirmé vouloir préserver "la vie et les biens des civils".

"Les combattants islamistes qui seront négligents... et dont les opérations mèneront à la mort de civils seront punis en vertu de la charia (loi islamique) et du code des jihadistes", ont ajouté les insurgés qui ont par le passé refusé de revendiquer des attentats ayant fait des victimes civiles.

Samedi dernier, au moins 34 civils ont perdu la vie dans un attentat-suicide perpétré devant une banque privée de Jalalabad, grande ville du sud-est afghan près de la frontière pakistanaise, attaque la plus meurtrière depuis novembre en Afghanistan.

Les talibans avaient rejeté toute responsabilité dans cette attaque revendiquée par un ex-Taliban pakistanais du TTP ayant affirmé avoir plaidé allégeance à l'organisation État Islamique (EI). Mais de nombreux analystes demeurent sceptiques sur une présence réelle et structurée de l'EI en Afghanistan.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine