FRANCE

"Français, cessez de vous sentir coupables !", crie Bernard Maris dans un essai posthume

France 24

Peu de temps avant son assassinat au siège de "Charlie Hebdo", le journaliste et économiste Bernard Maris avait envoyé son dernier manuscrit à son éditeur. Une déclaration d’amour lucide et inquiète à la France.

Publicité

Bernard Maris, assassiné avec ses amis de "Charlie Hebdo" le 7 janvier 2015, manque déjà à ceux qui l’ont connu et, forcément, aimé. Son dernier essai "Et si on aimait la France" (Grasset) – sans point d’interrogation, il y tenait – nous vient d’outre-tombe. Il est terriblement émouvant, poignant même, par son côté prémonitoire.

Maris, économiste et journaliste, s’y montre tel qu’il était : un homme de gauche, écologiste, humaniste et iconoclaste, mais surtout profondément libre de toute attache partisane, et hermétique à tous les prêt-à-penser de l’époque.

Le texte du manuscrit (inachevé) est parvenu à son éditeur quelques jours avant la fatale conférence de rédaction de "Charlie". Maris, qui en était satisfait, avait choisi le titre.

Car il s’agit bien d’une déclaration d’amour à la France, exempte de tout chauvinisme. La France éternelle qui "n’est rien sans la grandeur" (de Gaulle). Celle du sacre de Reims et de la fête de la Fédération, dont l’historien Marc Bloch, qui n’était pas de gauche, disait qu’on ne comprend rien si l’on ne vibre pas au rappel de ces deux événements.

La France qui a, la première, séparé l’acte d’amour de celui de la reproduction, inventé la galanterie et l’amour courtois, et pour cette raison ne peut supporter qu’on voile les femmes parce qu’on ne voit en elles que des objets de désir. Amour de ce Toulousain d’origine, Marseillais d’adoption, Parisien par nécessité, pour cette France comblée par la nature – mais défigurée par les architectes des zones industrielles et les ronds points – et qui est un concentré d’Europe : "La Grèce à Agde (on a envie d’ajouter en Corse), Rome à Narbonne et à Toulouse, l’Amérique à Brest, l’Afrique à Bordeaux, le Moyen-Orient à Marseille."

Dédain des "déclinistes"

Maris dit d’ailleurs aimer cet incipitd’Éric Zemmour, dans "Mélancolie française" : "La France n’est pas en Europe, elle est l’Europe." Revendiquant un fond anarchiste, il ne craint pas de convoquer d’autres auteurs de droite : Philippe Muray ou Alain Finkielkraut avec lesquels il partage la détestation des "bobos". Maris aime toute la France, celle de Jaurès, mais aussi celle de de Gaulle, de Zola et de Drieu la Rochelle (celui de "Mesure de la France", avant la Collaboration), la France catholique et celle des instituteurs laïcs. Petit-fils de paysan catholique et réac, et fils d’instituteur, il célèbre tous les anciens : son père, bien sûr, et aussi, à la manière d’un Camus, son propre maître : M. Vergniaud, malgré sa conception un rien coloniale de l’universalisme, qui sera tué en Algérie.

Il a aussi quelques têtes de turc. Plutôt à gauche : la verte Cécile Duflot, ou François Mitterrand, dont il pense qu’il fut un mauvais président au moment des grands choix pour l’avenir de la France.

Bernard Maris dédaigne les "déclinistes", toujours prompts à voir la France condamnée et montre d’ailleurs que ces discours sont tellement anciens que si on les avait entendus, la France serait morte plusieurs fois. Mais son amour est lucide. Il sait où sont ses faiblesses  : le recul de son agriculture, le productivisme qui remplace les paysans et pour un résultat tellement médiocre que l’agroalimentaire allemand nous est passé devant. La désindustrialisation. Bref pour lui, la France est un pays qui a (ô combien !) une âme, mais plus de corps.

On est en République quand même !

Mais pour l’économiste Maris, l’essentiel n’est pas là, tant il convient que ce qu’on nomme "l’économisme" n’aura jamais complètement droit de cité en France.

À la veille de son destin tragique, Bernard Maris se montrait en optimiste inquiet. Inquiet pour l’avenir du modèle républicain. Seuls les plus âgés se souviennent de cette formule qu’on employait à tout propos il y a encore vingtou vingt-cinq ans : "On est en République quand même !" Ce cri, qui se voulait un résumé de l’insoumission française, est passé de mode. Une République qui ne peut se conjuguer qu’avec diversité, car le peuple français, tout comme nos paysages, n’a rien d’homogène : "Du fait de sa diversité, disait Tocqueville, la France est condamnée à la tolérance."

Avec une contradiction de taille, quand même, qui n’est pas pour rien dans les tiraillements que connaît le pays, en particulier lorsqu’il s’agit de la place de l’islam. C’est que, précisément, la France est trop diverse pour tolérer un homme homogène. Un 100 % musulman, mais aussi un 100 % juif, un 100 % basque ou breton, en France ça ne passe pas. Justement parce que le 100 % Français n’existe pas. La conviction de Maris est donc que "la France est une tension perpétuelle vers l’homme universel, celui de la Déclaration des droits de l’homme."

Maris s’inspire aussi des travaux du géographe Christophe Guilluy ("La France périphérique", Flammarion) qui remet en cause l’idée selon laquelle les banlieues où se sont regroupés les immigrés (souvent musulmans) seraient des territoires d’exclusion  ; en montrant au contraire qu’elles jouissent d’une très grande mobilité sociale. Mais comme ceux qui réussissent s’en vont vers les villes, on ne voit jamais que la désespérance de ceux qui y restent.

À la suite de Guilluy, Maris dénonce l’ineptie des politiques du logement qui ont en fait exclu les moins pauvres, vers le "périurbain" où règne le chômage, et d’où ces "petits blancs" conspuent les immigrés qui, eux, sont aidés et finissent par voter Front national.

Question sociale ou culturelle ?

Guilluy expliquait que dans les banlieues d’immigration, la question "ethno-culturelle" cachait en fait le conflit social. Maris est bien plus sévère. Pour lui les émeutes urbaines, depuis les années 1980, n’ont été porteuses d’aucune demande sociale : "Les brûleurs de voitures ne contestent en rien un système inégalitaire et brutal dominé par une économie mafieuse", écrit-il. "Ils sont la loi de la jungle. La pire, celle de l’absence de loi. Comme la mafia, ils ne connaissent que la famille et pas le pays."

Autant dire qu’avec un tel réquisitoire, Bernard Maris ne trouve aucune excuse à ces envolées de sentiments anti-français, contre le drapeau ou la Marseillaise. De celles qui peuvent animer des assassins comme ceux qu’il a croisés un matin de janvier. Et qu’on ne lui dise pas que tout ceci serait le résultat d’une "démission de la République". Il montre au contraire qu’elle n’a jamais démissionné des quartiers sensibles, mais simplement cru qu’on viendrait à bout du fléau de l’insécurité à coup de subventions. Ce faisant, elle n’a fait qu’arroser les trafic. La République démissionne, explique-t-il, quand elle confond le social avec le communautarisme. Les élus qui acceptent les horaires séparés pour les femmes à la piscine en prennent pour leur grade.

En refermant cet essai nerveux et mordant, inquiet mais jamais noir, destiné à déculpabiliser les Français et leur "redonner le sourire", on se dit que la main de l’assassin d’"Oncle Bernard" a tué plus qu’un honnête homme, mais un peu aussi de l’esprit français. Et, face à un tel crime, on reste inconsolable.

>>> À lire : "France 24 rend hommage à Bernard Maris, économiste engagé"

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine