Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les orangs-outans meurent pour des biscuits

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Martin Fayulu tend la main à Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gaspard Gantzer : "Sur les carburants, le gouvernement doit continuer à expliquer"

En savoir plus

LE DÉBAT

Gaza : annonce d'un cessez le feu

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un monde à portée de main", le roman en trompe-l'œil de Maylis de Kerangal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Uhuru Kenyatta : "Aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christine Lagarde et Jim Yong Kim : "Il faut un multilatéralisme plus inclusif"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un opposant à Maduro raconte sa détention dans les geôles du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

L'Arabie saoudite accroît investissements et influences en Bosnie

En savoir plus

EUROPE

Le budget du futur "sarcophage" de Tchernobyl enfin bouclé

© Volodymyr Shuvayev, AFP | L'achèvement de la construction de la nouvelle chape du réacteur 4 de Tchernobyl est prévu pour 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/04/2015

Le budget pour la construction du nouveau "sarcophage" qui doit recouvrir le réacteur 4 de Tchernobyl est enfin bouclé, après une nouvelle levée de fonds, mercredi, de 180 millions d'euros. La fin des travaux est prévue pour 2017.

Une conférence internationale réunie à Londres a levé, mercredi 29 avril, 180 millions d'euros pour la construction d'une nouvelle chape pour recouvrir le réacteur nucléaire accidenté de Tchernobyl, dont le financement est désormais bouclé, a appris l’AFP auprès des organisateurs.

Cette conférence était présidée par l'Allemagne, présidente du club des pays du G7 cette année, avec l'appui de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) qui coordonne les donations pour sécuriser le site nucléaire en Ukraine. Les 180 millions promis mercredi, fournis majoritairement par l'Union européenne et les pays du G7, s'ajoutent aux 350 millions d'euros promis en novembre par la Berd.

>> À voir sur France 24 : "Ukraine : billet retour à Tchernobyl"

Il manque toujours en réalité 85 millions d’euros dans le budget, mais cette somme n’est pas considérée comme un obstacle. "Ces nouveaux fonds permettent aux travaux de continuer à Tchernobyl sans délai. Pendant ce temps, les efforts pour lever le reliquat vont continuer, la [Banque européenne] couvrant tout montant qui resterait", a précisé un des responsables de l’institution à l’AFP.

Le premier sarcophage de béton avait été construit à la va-vite juste après la catastrophe d’avril 1986 qui avait entraîné une contamination en Europe. Mais près de 30 ans plus tard, celui-ci est fissuré à de nombreux endroits, posant le problème du confinement des matières radioactives, d’où la nécessité de le remplacer durablement.

Une arche gigantesque de 108 mètres de haut

Ce projet de nouveau sarcophage pour le réacteur 4 de Tchernobyl a été imaginé dès 1992 par le nouvel État ukrainien indépendant et son financement avait été pensé à partir de 1997 avec, sous l’impulsion du G7, la création d’un fonds.

Mais sa réalisation, en revanche, a été retardée par les nombreux soubresauts politiques en Ukraine et les difficultés techniques sur le terrain. Initialement prévue pour 2012, puis pour 2015, l’achèvement de la réalisation de la nouvelle chape est dorénavant prévu pour 2017. Son coût total a également évolué, passant de 1,5 milliard d’euros à 2,1 milliards après une analyse technique menée entre 2013 et 2014, selon "Les Échos".

Il faut dire que le projet est monumental. Confié en 2007 au consortium Novarka, composé des sociétés françaises Vinci et Bouygues, pour un contrat de 432 millions d’euros, le chantier, qui doit mobiliser 1 000 ouvriers, prévoit la construction d’une gigantesque arche de 108 mètres de haut, soit l’équivalent d’un immeuble de trente étages. Celle-ci sera également longue de 102 mètres, pour une portée de 257 mètres. Au total, la charpente métallique pèsera 23 000 tonnes, soit près de trois fois le poids de la Tour Eiffel.

Une fois achevée et installée, cette enceinte de confinement qui sera équipée de matériels de haute technologie devrait sécuriser le site d’une part, et permettre la déconstruction du réacteur 4 d’autre part.

Avec AFP

Première publication : 29/04/2015

  • JAPON

    Nucléaire : Fukushima et Tchernobyl, deux gestions de crise bien distinctes

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Nouveau sarcophage autour du réacteur de Tchernobyl, 26 ans après la catastrophe

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Accident à Tchernobyl : Vinci et Bouygues évacuent leurs employés "par précaution"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)