YÉMEN

Yémen : les ministres du Golfe se réunissent, les combats s'intensifient

Les ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil de coopération du Golfe, jeudi 30 avril, lors d'une rencontre à Riyad.
Les ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil de coopération du Golfe, jeudi 30 avril, lors d'une rencontre à Riyad. Fayez Nureldine, AFP

Alors que les bombardements de la coalition menée par l'Arabie saoudite se sont intensifiés au Yémen, jeudi, les pays membres du Conseil de coopération du Golfe multiplient les rencontres. François Hollande sera l'invité du prochain sommet du CCG.

Publicité

Les chefs de la diplomatie des six monarchies du Golfe étaient réunis, jeudi 30 avril, à Riyad pour discuter de l'opération militaire arabe menée contre la rébellion chiite au Yémen. Une autre rencontre est prévue mardi lors du sommet consultatif du Conseil de coopération du Golfe (CCG), à laquelle François Hollande sera convié.

"Notre opération témoigne de la responsabilité historique du (Golfe) à l'égard du Yémen", a déclaré Khaled al-Attiya, le représentant du Qatar, au début de la réunion à huis clos sur une base aérienne de la capitale saoudienne.

>> À voir sur France 24 : "Conflit au Yémen : quelle est la stratégie de l'Arabie saoudite ?"

Composé de l’Arabie saoudite, du Bahreïn, d'Oman, du Koweït, des Émirats arabes unis et du Qatar, le CCG n’a pas pour habitude d’inviter un chef d’État étranger à ses sommets. L’invitation envoyée au président français, qui se rendra à Riyad les 4 et 5 mai en tant qu’invité d’honneur, selon l’Élysée, est donc un fait rarissime.

Depuis le 26 mars, Riyad dirige une coalition de neuf pays arabes qui bombardent par les airs les positions des rebelles chiites, soutenus par l'Iran, afin de les empêcher de prendre totalement le contrôle du Yémen.

Bombardements intenses sur Aden

Malgré l'annonce saoudienne, le 21 avril, de la fin de la campagne aérienne Tempête décisive et le début d'une nouvelle phase baptisée Redonner l'espoir, la coalition a poursuivi ses raids quotidiens.

Jeudi, elle a ainsi bombardé intensément des positions rebelles à Aden, Taëz, Lahj et Abyane, dans le Sud, où, selon des sources concordantes, de violents combats opposaient les rebelles à des partisans du président Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié en Arabie saoudite. Il y a eu huit morts à Aden dont trois civils, selon un responsable.

Les Houthis, soutenus par des unités de l'armée restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, avaient réalisé ces derniers jours des avancées dans Aden, ville défendue par un collectif de mouvements hostiles à la rébellion appelé Résistance populaire.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine