TENNIS

Tennis : entre tournois rivaux du Grand Chelem, les dotations explosent

Novak Djokovic brandit son trophée après avoir remporté l'édition 2014 du tournoi de Wimbledon. À l'époque, il avait gagné 2,1 millions d'euros.
Novak Djokovic brandit son trophée après avoir remporté l'édition 2014 du tournoi de Wimbledon. À l'époque, il avait gagné 2,1 millions d'euros. Carl Court, AFP

Les vainqueurs du tournoi de Wimbledon 2015 remporteront dorénavant 2,6 millions d’euros chacun. Un montant jamais atteint, qui illustre la course à laquelle se livrent les quatre tournois du Grand Chelem pour rester attractifs.

Publicité

L’annonce a fait l’effet d’une petite bombe dans le club très restreint des organisateurs de tournois du Grand Chelem : en 2015, la dotation totale de Wimbledon sera de 26,75 millions de livres, soit 37,4 millions d’euros, une augmentation de 7 % par rapport à l’édition précédente. Le prix réservé aux vainqueurs augmentera lui aussi d’autant pour atteindre 2,6 millions d’euros. Le tournoi londonien se place ainsi en tête du classement du "prize money", l’argent que les participants peuvent remporter, devant l’US Open.

Dans la grande course qui oppose les quatre événements les plus prestigieux du tennis mondial, Wimbledon a marqué des points. "On est en concurrence, alors on regarde évidemment ce que font les autres", explique Guillaume Lebastard, responsable du département presse de la Fédération française de tennis. "Quand Wimbledon a publié son communiqué, on n’a pu que constater."

1,8 million d'euros pour le vainqueur de Roland-Garros

Constater que malgré une augmentation supérieure de leur dotation en 2015 (12 % contre 7 % pour Wimbledon), les Internationaux de France restent loin derrière leur rival d’outre-Manche. Sur les quatre tournois, Roland-Garros est troisième en termes de dotation globale, à quasi égalité avec l’US Open, mais dernier pour le prix accordé au vainqueur. L'Open d’Australie a beau ne prévoir "que" 25 millions de dotation en 2015, il favorise tout particulièrement les finalistes et leur accorde le plus gros "prize money" de la saison, à hauteur de 2,7 millions d’euros. Celui qui sera couronné champion de la terre battue cette année à Paris ne remportera, en comparaison, "que" 1,8 million d’euros.

Bien que, pour les joueurs et amateurs de tennis, ces quatre rendez-vous annuels soient incontournables, leurs organisateurs respectifs se démènent pour être le plus accueillant et le plus attractif pour les champions. Ils font exploser leurs dotations, rénovent leurs courts, proposent de plus en plus d'espaces d'accueil et de détente aux joueurs, qui doivent se sentir le mieux possible sur toute la durée du tournoi. Mais que les organisateurs se rassurent : les Federer, Djokovic et autres Nadal ne manqueraient pour rien au monde Wimbledon ou Roland Garros. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine