Accéder au contenu principal

Une manifestation antiraciste des Éthiopiens d’Israël dégénère

Face à face entre policiers et manifestants israéliens d'origine éthiopienne à Tel Aviv le 3 mai 2015.
Face à face entre policiers et manifestants israéliens d'origine éthiopienne à Tel Aviv le 3 mai 2015. Jack Guez, AFP

Au moins 20 personnes été blessées, dimanche à Tel Aviv, lors d'affrontements entre policiers et manifestants israéliens d’origine éthiopienne. Ils dénonçaient le racisme anti-noir des forces de l’ordre.

Publicité

Intifada noire ou "Baltimore israélien" : les centaines de manifestants israéliens d’origine éthiopienne rassemblés à Tel Aviv ne mâchaient pas leurs mots, dimanche 3 mai, pour exprimer leur ras-le-bol à l’égard d’une police qualifiée de raciste.

Les policiers israéliens ont chargé à cheval et fait usage de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants, tandis que ces derniers répliquaient avec des jets de pierres et de bouteilles. Au moins 20 policiers ont été blessés dans les heurts et plusieurs Falachas – terme sous lequel sont connus les Éthiopiens d'Israël – ont été arrêtés.

"C’est une véritable mobilisation qui est en train de voir le jour à la suite de la publication d’une vidéo (…) dans laquelle on voit clairement des policiers israéliens maltraiter, malmener, violenter un jeune membre de la communauté éthiopienne israélienne en uniforme de soldat", explique Gallagher Fenwick, correspondant de France 24 en Israël .

Les manifestants avaient auparavant bloqué la circulation pendant une heure sur l’autoroute Ayalon, principal voie d’accès à la ville.

Racisme anti-noir en Israël

Des dizaines de milliers de juifs éthiopiens ont été amenés en Israël dans les années 1980 et 1990 grâce à des ponts aériens. Les Falachas, qui sont actuellement 135 500 sur huit millions d’Israéliens, se plaignent depuis longtemps d’être victimes de discriminations et de racisme.

La semaine dernière, une rixe entre des policiers et un soldat d’origine éthiopienne dans un faubourg de Tel Aviv a été filmée par une caméra de surveillance. On y voit les policiers bousculer et frapper le soldat en uniforme.

À la suite de cet incident, qui a suscité une vive émotion, deux policiers ont été suspendus. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontrera lundi le soldat et des représentants de la communauté juive d’origine éthiopienne.

Jeudi, lors d’un rassemblement à Jérusalem faisant 13 blessés, la police a eu recours à des canons à eau pour empêcher les manifestants de s’approcher de la résidence du Premier ministre.

Avec Reuters
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.