Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Le zélote de la lutte des classes"

France 24

Presse internationale, jeudi 7 mai 2015. Au menu de cette revue de presse, les législatives en Grande-Bretagne. 45 millions d’électeurs sont appelés aux urnes aujourd’hui.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On consacre cette revue de presse internationale aux législatives au Royaume-Uni.
 
Plus de 45 millions de Britanniques sont appelés aux urnes. The Independent leur lance ce matin: «C’est à vous!» - «Après 38 jours de campagne intenses, des dizaines de millions de livres dépensés, plus d’une centaine de débats télévisés, au tour des électeurs britanniques de trancher». «Fini de parler», titre The Daily Mail.
 
Selon le dernier sondage du Guardian, les conservateurs et les travaillistes sont dans un mouchoir de poche, autour de 35 % chacun, suivis de l’anti-européen Ukip, 11%, qui parviendrait à dépasser les libéraux-démocrates de 2 points. «La seule chose dont on soit sûr, c’est de l’incertitude qui plane sur ces élections», résume The Washington Post. «Les Britanniques se préparent au fait que personne ne va gagner ces élections». Le quotidien anticipe déjà «la folle ruée vers le pouvoir» qui aura probablement lieu demain matin, lorsque les partis seront contraints de «bricoler» des alliances avec leurs ennemis d’hier, faute d’avoir obtenu une majorité absolue.
 
La désignation du nouveau Premier ministre sera probablement précédée de tractations intenses. The Wall Street Journal prédit des marchandages politiques sans précédent, en expliquant que cette élection donne lieu à des stratégies de vote elles aussi inédites: anticipant le fait qu’aucun des deux grands partis, travailliste et conservateur, ne sera en mesure d’obtenir une majorité absolue, beaucoup d’électeurs auraient décidé de voter plutôt pour les autres partis, en fonction des alliances qu’ils imaginent que ceux-ci pourront nouer - une stratégie diamétralement opposée à ce qu’on appelle le «vote utile».
 
Une bizarrerie électorale, peut-être, qui fait que chaque vote va compter, explique The Guardian, qui estime que «ce sera probablement le choix le plus crucial de leur vie d’électeur  pour beaucoup de Britanniques». «Ce qui est en jeu, c’est le futur du Royaume-Uni, mais aussi, si l’on envisage la perspective d’un referendum sur l’Europe, sa place dans le monde», écrit The Guardian, qui en raison de son engagement pro-européen, appelle ses lecteurs à voter pour les travaillistes. «Mais que vous soyez d’accord ou non avec nous, allez voter», conclut le journal.
 
Un appel lancé à des électeurs qui ont semblé avoir du mal à s’intéresser à ces élections, ce qui fait craindre un fort taux d’abstention. Allusion à ce désintérêt, le dessin de Matt dans The Telegraph, qui montre un électeur à la sortie du bureau de vote. Interrogé, il répond qu’il n’a pas été voter, mais juste fait un selfie de lui dans l’isoloir. Un désintérêt peut-être nourri par les outrances qui ont marqué la campagne. The Daily Beast évoque notamment la Une d’hier du Daily Mail: «Au nom du bon sens, ne laissez pas un zélote de la guerre des classes et le SNP détruire notre économie, et le cœur même de notre nation». Et celle du Sun, montrant le chef des travaillistes en train d’engloutir un sandwich: «Sauvons notre bacon», a titré le tabloïd conservateur: «Regardez ce qu’il a fait d’un pauvre sandwich sans défense. Dans 48 heures, il pourrait faire de même avec la Grande-Bretagne».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.