Accéder au contenu principal

L'Otan qualifie les incursions aériennes russes en Turquie d'"extrêmement dangereuses"

L'armée turque a fait décoller, samedi 3 octobre, deux F-16 pour intercepter l'avion de chasse russe.
L'armée turque a fait décoller, samedi 3 octobre, deux F-16 pour intercepter l'avion de chasse russe. Deana Heitzman/US Air Force/AFP

Dans une déclaration commune, les 28 États membres de l'Otan jugent "extrêmement dangereuses" les incursions russes dans le ciel turc, et se disent préoccupés par les frappes aériennes de la Russie en Syrie "qui ne visaient pas l'EI".

PUBLICITÉ

L'Otan a jugé, lundi 5 octobre, "extrêmement dangereuses" les incursions de l'aviation russe en Turquie, et se dit inquiète des frappes aériennes de la Russie en Syrie "qui ont fait des victimes civiles et ne visaient pas" les jihadistes de l'organisation de l'État islamique (EI).

L'Alliance atlantique a mentionné deux "violations" de l'espace aérien turc par des avions de combat russes Soukhoï, samedi 3 et dimanche 4 octobre, dans la région de Hatay, dans le sud de la Turquie, lors d'une déclaration conjointe, publiée après une réunion d'urgence lundi après-midi à Bruxelles.

>> À lire sur France 24 : "Syrie : pourquoi les Russes disent viser l’EI, mais frappent les rebelles anti-Assad ?"

"Les avions en question sont entrés dans l'espace aérien turc en dépit des avertissements clairs, opportuns et répétés des autorités turques, estime-elle dans la déclaration. Conformément aux pratiques de l'Otan, des avions de chasse turcs ont répondu à ces incursions en s'approchant afin d'identifier l'intrus, après quoi les avions russes ont quitté l'espace aérien turc."

"Les Alliés [...] condamnent ces incursions dans l'espace aérien de l'Otan. Les Alliés relèvent aussi l'extrême danger d'un tel comportement irresponsable", poursuit le texte.  Ils "appellent la Fédération de Russie à les cesser et à immédiatement expliquer ces violations".

>> À lire sur France 24 : "Pourquoi Moscou se moque du monde mais marque des points"

Les 28 États membres de l’Otan ont aussi exprimé leur "grave préoccupation" face aux frappes aériennes de la Russie en Syrie, en particulier à Hama, Homs et Idlib, "qui ont fait des victimes civiles et ne visaient pas Daech [acronyme arabe du groupe EI]", dans ce texte commun.

"Les Alliés appellent la Fédération russe à immédiatement cesser ses attaques contre l'opposition syrienne et les civils, à concentrer ses efforts sur la lutte contre l'EI et à promouvoir une solution au conflit par le biais d'une transition politique", selon ce texte commun adopté par les ambassadeurs des 28.

Avec AFP
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.