Accéder au contenu principal
Dans la presse

"La gifle du Golfe à Obama"

France 24

Presse internationale, mardi 12 mai 2015. Au menu de cette revue de presse, le boycott par quatre souverains du sommet entre les Etats-Unis et le Conseil de coopération du Golfe, le nouveau gouvernement Cameron et le référendum sur l’Europe, ainsi que les conditions de travail des manucures à New York.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale avec l’absence, au sommet entre les États-Unis et le Conseil de coopération du Golfe, de 4 dirigeants de la région.
 
Outre le roi Salmane d’Arabie saoudite, qui avait déjà fait savoir qu’il ne serait pas à Camp David, les souverains de Bahreïn, d’Oman et des Emirats arabes unis, ne répondront pas non plus à l’invitation de Barack Obama, l’organisateur de ce sommet qui débute demain. En envoyant leurs princes héritiers respectifs, ces monarchies infligent un véritable «camouflet» à leur hôte, estime L’Orient Le Jour, qui rapporte que seuls les émirs du Qatar et du Koweït seront présents. Le journal libanais explique que les États-Unis ont beaucoup de mal à rassurer leurs alliés du Golfe, inquiets du désengagement croissant de Washington de la région et de la possibilité que les accords en cours avec l'Iran finissent par lui permettre de se doter de la bombe atomique.
 
L’absence du roi Salmane «prouve que le mariage américano-saoudien va à vau-l’eau», commente The New York Times, qui raconte que les Etats-Unis et l’Arabie saoudite tentent malgré tout de sauver les apparences. «Il est pourtant difficile d’ignorer les quatre facteurs qui ont empiré les tensions entre les deux pays: les discussions avec l’Iran, l’ascension de l’organisation de l’Etat islamique dans la région, l’éclosion du printemps arabe, et les transformations sur les marchés énergétiques».
 
La presse arabe est très remontée contre Obama. Le site d’information Rai Al Ayoum approuve le boycott des dirigeants du Golfe, en dénonçant le «mépris» d’Obama à l’égard des dirigeants arabes et de leurs peuples. «L’absence des dirigeants du Golfe est une gifle en réponse à l’humiliation qu’ils subissent», écrit le site, qui présente les négociations avec l’Iran comme «un coup de poignard dans le dos».
 
Pour Slate, ces propos relèvent toutefois d’une dramatisation des enjeux: «Ne lisez pas trop ce que l’on dit sur la façon dont l’Arabie saoudite aurait décidé de snober les Etats-Unis, car les Etats-Unis et l’Arabie saoudite gardent des liens très forts», écrit le site américain.
 
A la Une également, la formation  par David Cameron de son nouveau gouvernement. Une équipe ont la priorité est désormais l'organisation du référendum sur l'Union européenne, probablement dès 2016. The Guardian, qui évoque la promotion de plusieurs eurosceptiques à des postes clés, confirme que le Premier ministre a décidé d’accélérer le mouvement, notamment pour ne pas faire durer une incertitude préjudiciables aux affaires de la City, et aux affaires internes du parti conservateur, où l’Europe reste un sujet hautement toxique.
 
On termine cette revue de presse avec l’annonce par le gouverneur de l’État de New York de mesures d'urgence pour lutter contre l’abus dans les salons de manucure.Andrew Cuomo a annoncé la création d’un groupe de travail chargé de multiplier les inspections dans ces salons. Sa décision fait suite à une enquête du New York Times, qui a révélé les piètres conditions de travail des employées de cette industrie.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.