Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Les crimes de guerre d'Assad"

France 24

Presse internationale, mercredi 13 mai 2015. Au menu de cette revue de presse, le nouveau séisme qui a touché le Népal, hier. Des preuves sur les crimes de guerre commis par le régime syrien. Et l’assassinat d’un bloggeur bangladais. Le troisième depuis février.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale au Népal. Touché par un terrible séisme le 25 avril dernier, le pays a de nouveau été le théâtre d’un tremblement de terre de magnitude 7,3, hier.
 
L’épicentre de ce second tremblement de terre se situait à la frontière avec la Chine, à 80 kilomètres, environ de Katmandou, d’après The Independent, qui montre à la Une les secours évacuant un homme blessé dans la capitale népalaise. Le dernier bilan provisoire fait état de plus de 60 morts, qui viennent s’ajouter aux quelque 8000 morts du premier séisme, rappelle The China Daily. «Je n’ai même plus peur, je n’ai plus rien à perdre», témoigne Shyam Balami dans The Guardian. Réfugié à Katmandou, il pensait que son calvaire était terminé - jusqu’à ce que l’abri de fortune qu’il avait construit pour sa famille s’effondre.
 
A la Une également, un rapport sur les crimes de guerre commis par le régime de Damas. Un document accablant publié par The Guardian. D’après le quotidien britannique, la publication de ce rapport est le fruit d’une opération qui a duré trois ans - trois ans pour faire sortir clandestinement des documents officiels réunissant suffisamment de preuves pour poursuivre Bachar El Assad et 24 hauts responsables du régime pour crimes de guerre. Ces documents auraient été réunis par une cinquantaine d’enquêteurs clandestins, au péril de leur vie, pour être transmises à la Commission internationale pour la justice et la responsabilité, la CIJA, une organisation à but non lucratif créée en 2011, financée par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Union européenne, et la Suisse. Son but est de réunir un maximum de documents démontrant la responsabilité des dirigeants du régime dans les atrocités commises sur le terrain. D’après The Guardian, ces documents offrent une «image claire» de la «machine répressive» du régime, et montrent comment cette machine est étroitement contrôlée par Assad et son entourage proche. Ils prouveraient le recours par le régime au largage de barils d’explosifs, et aux armes chimiques. D’après The New York Times, des inspecteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques ont notamment découvert en Syrie des traces de gaz sarin et de gaz innervant VX dans un centre de recherches militaire qui n'avait pas été signalé aux experts internationaux.
 
Au Bangladesh, un commando extrémiste a tué, hier, à coup de machettes un blogueur athée dans le nord-est du pays. C’est le troisième meurtre de ce type depuis le mois de février, selon la police. D’après le site bangladais New Age, Ananta Bijoy Das, 33 ans, a été agressé par quatre hommes masqués hier matin alors qu'il se rendait à son travail, dans une banque de Sylhet, la cinquième ville du pays. Il écrivait pour Mukto-Mona (« libre pensée »), un site internet connu pour son engagement contre l'extrémisme religieux, autrefois animé par le blogueur américain d'origine bangladaise Avijit Roy, lui-même assassiné au début de l'année à Dacca.
 
On a parlé de la façon dont The New York Times a révélé des pratiques proches de l’esclavage, dans certains de ces salons. D’après The Daily Beast, beaucoup de femmes auraient même décidé de boycotter ces salons, en signe de soutien à leurs employées… une fausse bonne idée, d’après le site américain.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.