Accéder au contenu principal

Le neveu de l’ex-président centrafricain Bozizé porte plainte contre Michel Sapin

Michel Sapin au Parlement européen le 7 mai 2015.
Michel Sapin au Parlement européen le 7 mai 2015. John Thys, AFP

Le neveu de l’ancien président centrafricain François Bozizé a déposé vendredi une plainte à l’encontre du ministre français des Finances, Michel Sapin, pour faux et usage de faux après que Bercy a gelé ses avoirs en France.

Publicité

France Info a révélé vendredi 15 mai qu’Ange Ouefio Goningai, le neveu de l’ancien président centrafricain François Bozizé, avait déposé plainte le même jour contre le ministre français des Finances, Michel Sapin, pour faux et usage de faux.

Soupçonné d’"œuvrer à la déstabilisation en Centrafrique" et de commettre des actes terroristes en soutenant les anti-balaka, les milices anti-musulmanes, Ange Ouefio Goningai, qui s’est installé à Paris depuis le déclenchement de la guerre civile en Centrafrique en 2013, a vu Bercy bloquer ses avoirs. Une journaliste de France Info a pu le rencontrer. Il est aujourd’hui privé de toute ressource financière. Ne pouvant plus payer son loyer, il a dû s’installer dans le cabinet de son avocat, maître Baduel.

>> À voir sur France 24 : "Reportage exclusif - Centrafrique : la descente aux enfers"

Le neveu de l’ancien président, qui possède la double nationalité franco-centrafricaine, affirme avoir été un "interlocuteur pour la diplomatie française jusqu'en novembre dernier, où un ami lui apprend qu'il figure sur une liste publiée par Bercy".

"Atteinte aux libertés individuelles"

"Qu'aujourd'hui je puisse être sur une liste de terroristes en pure gratuité, je voudrais comprendre pourquoi. J'ai été traité comme un voyou et je ne l'accepte pas", proteste-t-il.

Comme le signale France Info, le gel des avoirs des potentiels terroristes ciblés par des directives de l’Union européenne ou l’ONU ne repose sur aucune décision de justice. Or, Bercy s’est appuyé sur ces directives pour prendre cette mesure.

"La vérité est que mon client n’est ni un terroriste ni un agitateur et donc le fait de qualifier cet homme avec le travestissement de textes du conseil de l’Union européenne constitue un faux. C’est une atteinte monumentale aux libertés individuelles", souligne maître Baduel.

La plainte d’Ange Ouefio Goningai, déposée vendredi soir à la Cour de justice de la République, doit être examinée prochainement par une commission des requêtes.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.