Accéder au contenu principal
JUSTICE

Mort de Zyed et Bouna : les deux policiers définitivement relaxés

Les familles des victimes attendent le début de l'audience à Rennes, le 18 mai 2015.
Les familles des victimes attendent le début de l'audience à Rennes, le 18 mai 2015. Damien Meyer, AFP
3 mn

Les deux policiers poursuivis pour non assistance à personne en danger lors de la mort des deux adolescents Zyed et Bouna, à Clichy-sous-Bois en 2005, ont été définitivement relaxés, lundi, par le tribunal correctionnel de Rennes.

Publicité

La justice française a décidé, lundi 18 mai, de prononcer la relaxe définitive des deux policiers mis en cause dans la mort, en 2005, des deux adolescents Zyed et Bouna à Clichy-sous-Bois dans un site EDF.

Décès de Zyed et Bouna à Clichy-sous-Bois en 2005 : Tous les policiers relaxés. Aucune condamnation pénale et civile.

Les deux policiers, un homme et une femme, étaient jugés pour non assistance à personne en danger par le tribunal correctionnel de Rennes. Il leur était reproché de n'avoir pas tenté de porter secours ou de n'avoir pas prévenu les services d'assistance alors que les deux adolescents s'étaient réfugiés dans un site EDF après une course-poursuite avec les forces de l'ordre, le 27 octobre 2005.

>> À lire sur France 24 : "Nous n'allons pas faire le procès de la police"

Bouna Traoré, 15 ans, et Zyed Benna, 17 ans, avaient trouvé la mort tandis qu’un troisième jeune, Muhittin Altun, 17 ans, qui les accompagnait, avait été grièvement blessé.

La décision du tribunal est conforme aux réquisitions du parquet mais la défense des familles des jeunes a annoncé qu'elle allait faire appel.

Quelques proches des familles ont laissé échapper leur colère à l'annonce de cette relaxe, a constaté l'AFP.

>> À lire sur France 24 : "Clichy-sous-Bois à l'épreuve du procès des policiers"

"C'est choquant !" a aussitôt réagi à la sortie de l'audience l'avocat des familles des deux jeunes décédés, Me Jean-Pierre Mignard.

De son côté, l'avocat des deux policiers, Me Daniel Merchat, a en revanche estimé que cette relaxe reflétait "ce que la défense soutient depuis le début".

Juste après la fin de l'audience, la femme du policier, Sébastien Gaillemin, est entrée dans la salle pour rejoindre son mari et a fondu en larmes.

L'audience s'était déroulée du 16 au 20 mars, dans un climat serein.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.