Accéder au contenu principal
DIPLOMATIE

Irak : la coalition internationale contre l'EI se réunit le 2 juin à Paris

Un combattant de l'organisation de l'État islamique brandit un drapeau du groupe jihadiste à Ramadi, dans une vidéo réalisée le 18 mai.
Un combattant de l'organisation de l'État islamique brandit un drapeau du groupe jihadiste à Ramadi, dans une vidéo réalisée le 18 mai. Aamaq News Agency, Ho, AFP
3 mn

Laurent Fabius a annoncé, mercredi, que la situation en Irak, où l'EI poursuit sa progression malgré les frappes aériennes de la coalition internationale, fera l'objet d’une réunion qui se tiendra le 2 juin à Paris.

Publicité

"J'accueillerai à Paris le 2 juin les membres de la coalition pour parler de l'Irak", a annoncé mercredi 20 mai le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui présidera la réunion avec son homologue américain, John Kerry, et le Premier ministre irakien, Haïdar al-Abadi.

Le ministre souhaite que la réunion porte exclusivement sur la situation en Irak, où l’organisation de l'État islamique (EI) poursuit sa progression. "La Syrie ne sera pas évoquée, il n'est pas impossible qu'on en parle, mais le centre de la réunion c'est l'Irak", a-t-il ajouté, devant des journalistes, en marge d'une conférence à Paris. "Il faut faire le point sur la façon dont la coalition souhaite procéder".

>> À lire sur France 24 : "La grande force de l'EI est de savoir se régénérer"

Les ministres des Affaires étrangères de la vingtaine de pays membres de la coalition, dont l'Allemand Frank-Walter Steinmeier, participeront à la réunion, ainsi qu'un représentant des Nations unies et un de l'Union européenne, selon des sources gouvernementales.

La situation en Irak se dégrade malgré les frappes aériennes de la coalition emmenée par les États-Unis contre les positions irakiennes des jihadistes de l'EI débutées en août.

Prise de Ramadi

La prise par l'EI, le week-end dernier, de la ville de Ramadi, située à une centaine de kilomètres de Bagdad, a constitué un revers pour les forces irakiennes, qui ont fait appel à des unités paramilitaires chiites pour mener une contre-offensive. Il s'agit de la victoire la plus significative de l'EI depuis qu'il a conquis de vastes régions en Irak à la faveur de son offensive déclenchée en juin 2014, qui a entraîné la campagne aérienne internationale dirigée par les États-Unis pour aider l'armée irakienne à reprendre du terrain.

Selon une source diplomatique française, "la perte de Ramadi est un sujet de préoccupation très fort, mais on discutera aussi des questions de gouvernement inclusif en Irak. La question de la reprise de Ramadi sera importante."

>> À voir sur France 24 : "Irak / EI : la reconquête de Ramadi s'annonce difficile"

La question des combattants étrangers et de la lutte contre le financement du terrorisme devrait également être abordée.

Avec AFP et Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.