Accéder au contenu principal
TCHÉTCHÉNIE

Quand le président tchétchène veut bannir les femmes des réseaux sociaux

Le président tchétchène, Ramzan Kadyrov, est accusé de promouvoir la polygamie.
Le président tchétchène, Ramzan Kadyrov, est accusé de promouvoir la polygamie. Menahem Kahana, AFP

Le président tchétchène, Ramzan Kadyrov, a violemment ordonné aux hommes du pays de tenir leur femme à l’écart des réseaux sociaux. Le chef d’État, accusé de promouvoir la polygamie, est sous le flot de critiques depuis plusieurs jours.

Publicité

En Tchétchénie, le président Ramzan Kadyrov a fait montre d’un machisme sans borne, en rappelant à l’ordre des hommes dont les femmes s’étaient librement exprimées sur les réseaux sociaux. Dans une vidéo diffusée à la télévision locale mercredi 20 mai, ce protégé du dirigeant russe Vladimir Poutine a réprimandé de manière théâtrale un groupe d’hommes, et quelques femmes, rassemblés dans ce qui semble être son palais présidentiel.

“Vous, en tant qu’hommes, devez tenir vos femmes à l’écart de WhatsApp!”, a lancé le président, lui-même fervent utilisateur du réseau social Instagram, face à une audience prostrée, bras croisés en signe d’obéissance. “Enfermez-les à double tour, ne les laissez pas sortir et elles ne posteront plus rien”, a préconisé le président, exhortant les hommes présents à se comporter en "Tchétchènes".

Sur la chaîne d'État Grozny TV, le président Kadyrov réprimande les utilisateurs de WhatsApp

Un remontage de bretelles en bonne et due forme qui entend stopper une polémique grandissante dans la région. Tout est parti d’un mariage, organisé samedi 16 mai en grande pompe, entre le chef de la police locale, Najoud Goutchigov, un proche du président, et Louisa Guoïlabieva, une jeune fille de 17 ans, d’au moins 30 ans sa cadette.

Âgé de 47 ou 57 ans selon les sources, Najoud Goutchigov est déjà marié et avait obtenu la bénédiction personnelle de Ramzan Kadyrov pour épouser la mineure, tout en précisant qu'il n'avait pas l'intention de divorcer de sa première épouse.

Lors de cette cérémonie largement médiatisée et qualifiée par Kadyrov de "mariage du millénaire", la jeune fille, regard baissé, est apparue abattue, selon une journaliste de l’AFP présente sur place, au point de se faire répéter trois fois la question "Voulez-vous épouser Najoud Goutchigov ?" avant d'acquiescer du bout des lèvres.

"Pratiques moyenâgeuses"

Sur Instagram, Ramzan Kadyrov a comparé le mariage entre Najoud Goutchigov et l'adolescente à celui de Kate et William au Royaume-Uni.

Annoncée fin avril, cette union avait provoqué un tollé en Russie, de nombreux médias affirmant que la jeune fille avait été forcée d'épouser Najoud Goutchigov. La déléguée pour les droits de l'Homme auprès du Kremlin, Ella Pamfilova, avait pour sa part critiqué au micro de la radio indépendante Echo de Moscou "des pratiques moyenâgeuses".

Loin de calmer les critiques, la concrétisation du mariage a donné lieu à un flot de moqueries sur les réseaux sociaux, et sur le service de messagerie WhatsApp, où des utilisateurs ont accusé le président Kadyrov de faire la promotion de la polygamie, interdite par la loi russe.

Ni Ramzan Kadyrov, défenseur de longue date de cette pratique, ni Pavel Astakhov, le responsable des droits des enfants auprès du Kremlin, n’ont répondu à ces accusations. Ils ont cependant tous deux réagi aux réactions scandalisées quant à la différence d’âge entre les époux.

"Ces publications ne sont que des mensonges! L'amour n'a pas d'âge", a répliqué sur son compte Instagram Ramzan Kadyrov.

Les organisations et militants pour les droits de l'Homme accusent régulièrement Ramzan Kadyrov, au pouvoir depuis 2007, d'exactions et de semer la terreur en Tchétchénie, ainsi que d'avoir instauré le culte de sa personnalité.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.